Sud-Soudan: Nombre record de personnes confrontées à une grave pénurie alimentaire

Un bébé âgé de huit mois traité pour malnutrition sévère dans l'hôpital pour enfants d'Al Sabbah à Juba, au Soudan du Sud (photo d'archives).
14 Juin 2019

Le nombre de personnes confrontées à un manque de nourriture au Soudan du Sud est le plus élevé de tous les temps, ont averti vendredi trois agences des Nations Unies. La faim a encore progressé début 2019 dans ce pays, malgré la signature en septembre dernier d'un accord de paix qui a très largement fait cesser les combats dans ce pays en guerre depuis 2013.

Le retard des pluies, les prix élevés des denrées alimentaires et l'impact des conflits et des déplacements ont exposé davantage de personnes à la famine. C'est ce qu'indique une analyse sur la Classification par phase de la sécurité alimentaire intégrée (plus connue sous son acronyme anglais IPC), publiée vendredi à Juba par le gouvernement du Soudan du Sud en collaboration avec l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

« La saison de la faim coïncide avec la saison des pluies et c'est une tempête parfaite au Sud-Soudan », a déclaré Ronald Sibanda, le Représentant du PAM au Soudan du Sud.

L'agence onusienne basée à Rome plaide donc pour une accélération de la riposte. « Nous devons agir maintenant pour sauver la vie et le gagne-pain de millions de personnes au bord de la famine », a insisté M. Sibanda.

Plus de 6 millions de personnes en situation d'insécurité alimentaire aiguë en juillet

Pour les Nations Unies, la mise en œuvre effective de l'accord de paix et la stabilité politique sont impératives pour permettre à une aide humanitaire urgente et renforcée de protéger les moyens de subsistance et de stimuler la production agricole à travers le pays afin de sauver des vies.

L'échelle IPC, la plus utilisée pour classifier la sécurité alimentaire, distingue cinq phases possibles dans la situation alimentaire d'un pays, la cinquième étant celle de « catastrophe ».

La FAO, l'UNICEF et le PAM ont estimé que près de 7 millions de personnes, soit 61% de la population, auront atteint les niveaux 3, 4 et 5 d'insécurité alimentaire en juillet, au plus fort de la soudure, période située après l'épuisement des récoltes de la saison précédente et avant les nouvelles récoltes.

Début 2019, ce chiffre était encore de 6,1 millions de personnes. Plus globalement, le rapport indique que près 21.000 personnes seront probablement confrontées à une insécurité alimentaire extrême (phase 5 de l'IPC, soit le plus haut niveau d'insécurité alimentaire). Dans le même temps, environ 1,82 million feront face à une situation d'urgence (Phase 4 de l'IPC) et 5,12 millions de personnes seront en situation de crise d'insécurité alimentaire (Phase 3 de l'IPC).

Des niveaux critiques de malnutrition dans de nombreuses régions

Par rapport aux prévisions de janvier dernier pour la période allant de mai à juillet 2019, 81.000 personnes de plus sont confrontées à la phase 3 de l'IPC ou pire, en particulier dans les États de Jonglei, Lakes, Unity et Nord du Bahr el Gazal.

« Les niveaux de malnutrition restent critiques dans de nombreuses régions et nous craignons que la situation ne s'aggrave au cours des prochains mois », a mis en garde Mohamed Ag Ayoya, Représentant de l'UNICEF au Soudan du Sud.

« La soudure actuelle a débuté tôt en raison des stocks historiquement bas récoltés lors de la saison 2018 et a été prolongée par le retard des pluies saisonnières en 2019 », ont souligné les agences onusiennes.

De plus, les prix élevés des denrées alimentaires causés par les mauvaises récoltes de l'année dernière, les perturbations du marché dues à l'insécurité, les coûts de transport élevés et la dépréciation de la monnaie contribuent également aux niveaux élevés d'insécurité alimentaire aiguë.

Combiné avec l'instabilité économique, les effets du conflit, les déplacements de population et l'inflation galopante, entre autres, ont contribué à une réduction de l'accès à la nourriture. « La reprise de la production alimentaire et l'augmentation des rendements au Soudan du Sud reposent sur le maintien de la paix et il faut en donner une chance », a fait valoir Meshack Malo, Représentant de la FAO au Soudan du Sud.

La réponse humanitaire du PAM, de l'UNICEF et de la FAO

Pour répondre à la crise, l'UNICEF et ses partenaires ont donc renforcé leurs services pendant la période de soudure afin de venir en aide à davantage d'enfants touchés par la malnutrition aiguë sévère. Plus de 100.000 enfants atteints de malnutrition aiguë sévère devraient être atteints au plus fort de la période de soudure.

Pour faire face à l'augmentation des besoins, le PAM fournira à près de 5,1 millions de personnes, notamment des distributions de vivres pour sauver des vies et des programmes 'argent contre travail' ainsi que des produits alimentaires en échange de travaux de construction et de réhabilitation des biens de la communauté, de la nourriture pour les cantines scolaires et des produits spéciaux pour la prévention et le traitement de la malnutrition chez les enfants et les femmes enceintes ou allaitantes.

L'agence onusienne a également pré-positionné 173.000 tonnes de produits alimentaires dans plus de 60 entrepôts avant le début de la saison des pluies, soit 66.000 tonnes de plus qu'en 2018. Le pré-positionnement précoce des aliments permettra non seulement de sauver des vies, mais aussi de réduire les coûts de livraison.

De son côté, la FAO, en plus de soutenir 800.000 ménages d'agriculteurs, de pêcheurs et d'agropasteurs, procède à des vaccinations et à d'autres services vétérinaires afin de prévenir la mortalité animale à grande échelle.

Le Soudan du Sud, indépendant depuis 2011, a sombré dans la guerre civile en décembre 2013.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.