Sénégal: Sédhiou / Marche des femmes et acteurs de la société civile contre les violences - Le durcissement des sanctions penales exige !

Les femmes de Sédhiou, membres de plusieurs organisations de promotion féminine ainsi que des acteurs de la société civile ont pris part, hier jeudi 13 juin à une marche pacifique contre la recrudescence de la violence contre les femmes et les enfants. Cette manifestation est bien suivie dans la capitale du Pakao et un mémorandum a été remis à l'autorité qui, a, cet effet, invité à l'application des dispositions juridiques plus austères afin de dissuader les auteurs d'actes ignobles à l'encontre des femmes et des enfants.

Mme Iradian Combé M'baye la 1ère vice-présidente du conseil départemental de Sédhiou et membre l'union des groupements de promotion régionale partenaire du RADI déclare que «les femmes sont fatiguées et elles ont perdu leur honneur et dignité avec ces cas récurrents de violences dont elles sont victimes. On tue les femmes et les enfants sans raison et ça c'est grave ! Trop c'est trop ! Il est grand temps que cela cesse. Et pour cela, nous exigeons de l'Etat le durcissement des peines contre les auteurs criminels de ces viols » martèle -t-elle avec force.

De même, Lalia Sambou la présidente de la plateforme des femmes pour la paix en Casamance n'en dit pas moins. «Ce que nous attendons c'est une application concrète, des actes concrets contre de telles animosités à l'encontre des femmes », confie-t-elle. Même symphonie de la part de l'initiatrice de cette marche Mme Diawara N'dèye Maguette Sidibé. «Nous disons non et disons stop à ces violences barbares sur les femmes et les enfants. Les femmes de Sédhiou sont aujourd'hui debout et unies en solidarité à celles qui sont victimes. A l'exemple de nos camarades d'ailleurs, nous exigeons des mesures sévères contre cette violence inouïe et barbare».

LA PREVALENCE DE LA VIOLENCE SUR MINEURE EN HAUSSE !

A Sédhiou, la prévalence des violences faites aux femmes et aux enfants reste élevée selon Joséphine N'dao la coordinatrice de la boutique de droit de Sédhiou. «Des violences existent bel et bien à Sédhiou. Au niveau de la boutique de droit, nous enregistrons des cas de violences conjugales, des mariages d'enfants, des coups et blessures et des viols qui sont faits aux enfants surtout. En clair, des actes de violence existent bien à Sédhiou», fait-elle savoir.

Dans un mémorandum de deux pages lues sous le regard de l'adjoint au préfet de Sédhiou, les manifestants ont réitéré leur souhait ardent de voir la force publique mettre en branle l'arsenal contre ces formes de violence à contagion dans le pays. Pour sa part, Mamadou Diouf l'adjoint au préfet de Sédhiou rassure de la transmission du document à qui de droit. Il a en outre encouragé les manifestants à poursuivre le combat contre ces violences tout en assurant de la ferme volonté du chef de l'Etat Macky Sall à davantage assurer la sécurité et la protection sociale notamment des femmes et des enfants.

A relever que les organisations ayant pris part à l'organisation de cette marche sont l'association des juristes sénégalaises, la RADDHO, Amnesty International, Association de développement le Gabou, Girl Generation, FAWE, la plateforme des femmes pour la paix en Casamance, REFDESS, RADI, SCOFI, Enfance et paix, REFSUD et le réseau Sigguil Jiguën.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.