14 Juin 2019

Afrique: Gestion du foncier en Afrique de l'Ouest - Impliquer des universitaires dans les réflexions

Dans le cadre de la politique foncière en Afrique, le réseau d'excellence sur la gouvernance foncière en Afrique de l'Ouest Francophone a tenu un atelier hier, jeudi 13 juin, afin d'échanger sur les bonnes pratiques en Afrique de l'Ouest notamment approfondir la réflexion sur les succès et difficultés de mise en place de la politique foncière. L'occasion a été aussi saisie par les panélistes d'échanger sur la manière dont les acteurs, particulièrement les universités francophones, peuvent être mis en contribution à travers leur implication dans la conception, la mise en œuvre et l'évaluation des politiques foncières en Afrique de l'Ouest.

Echanger sur les bonnes pratiques foncières en Afrique de l'ouest en vue d'approfondir la réflexion sur les succès et difficultés de mise en place de politiques foncières, mais aussi de réfléchir sur la manière dont les acteurs particulièrement, les universités, peuvent être mises en contribution dans la conception et l'évaluation des politiques foncières. Tels sont les défis que s'est fixé le ministère de l'enseignement supérieur.

En partenariat avec NELGA (Network of Excellence on land Governance in Africa), l'Université Gaston Berger de Saint Louis, l'ALPC (African Land POLICY Center) et GIZ (Deutsche Gesellschaft fur internationale Zusammenarbeit), le réseau d'Excellence sur la bonne Gouvernance Foncière en Afrique de l'Ouest de l'Ouest Francophone, a initié une rencontre dans ce sens. C'était en présence du représentant du recteur de l'UGB M. Mbissane Diop, de la représentante du GIZ, Anita Herning qui n'a pas manqué à magnifier cette rencontre. «Le foncier est compliqué en Afrique, il nécessite donc la contribution de bons acteurs. Ce serait une erreur de négliger les politiques existentielles. Une bonne gouvernance foncière est essentielle, nous soutenons le centre africain sur la bonne politique foncière», a-t-elle indiqué.

S'inscrivant dans la même mouvance, le directeur de la recherche des innovations, Amadou Thierno Gaye, a soutenu que la gouvernance foncière est au centre du développement. «Nos pays sont confrontés à de nombreux défis : des défis de la sécurité alimentaire, de la sauvegarde de l'environnement, de gestions des ressources minières et naturelles, mais aussi des défis d'une démocratie galopante et de l'employabilité des jeunes entre autres».

Selon le Professeur Ibrahima Diallo, coordonnateur du réseau, le Sénégal est confronté à d'importants défis fonciers notamment la calorisation des sols et la question d'accaparement d'où l'importance d'avoir une bonne gouvernance du foncier. «Si on ne fait pas attention sur les questions d'accaparement, il y aura une insécurité alimentaire en 2050, ce qui fait trente-cinq millions d'habitants sur un espace plus ou moins réduit. Parce que qui dit accaparement parle de spéculation... raison pour laquelle, effectivement le réseau prend en charge cette question pour mieux accompagner l'Etat à mieux réussir les politiques foncières», dit-il.

Sénégal

Hausse de 0, 4 % du coût de construction des logements neufs (ANSD)

Le coût de construction des logements neufs à usage d'habitation a augmenté de 0, 4 % au… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.