Ile Maurice: Bambous - Yin Siew Soon et sa boutique chinoise d'antan

Yin Siew Soon a passé toute sa vie à travailler dans la boutique de son mari. Aujourd'hui, bien que les boutiques chinoises se fassent plus rares, le Dragon Store, qui a pignon sur rue à Bambous, a son histoire gravée à jamais sur ses murs. Bien que la couleur rouge règne en maître dans la boutique, l'extérieur est jaunâtre.

À l'intérieur, des étagères avec des céréales en sachets, des conserves et quelques gâteaux, le tout bien rangé. La gérante a beaucoup de choses à raconter. C'est en 1973 qu'elle est venue s'installer à Bambous à la suite de son mariage à Yee Kin Soon, le patron de la boutique. Elle n'avait alors que 22 ans. Bien qu'elle ait du mal à se souvenir quand exactement la boutique a été construite, notre interlocutrice sait qu'elle date de plus de 60 ans.

Yin Siew Soon est désormais seule dans la boutique car la santé de son époux ne lui permet plus de se déplacer. À 67 ans, Yin Siew Soon maintient le cap. «Autrefois, c'était différent. Les boutiques chinoises étaient répandues partout à travers l'île. C'est avec beaucoup de fierté que nous avons tenu cette boutique, mon mari et moi. On avait une clientèle fidèle et amicale. Aujourd'hui, notre clientèle se borne à quelques passants et à des habitants à court de petites denrées qui manquent. C'est toute une histoire qui se trouve ici», confie la sexagénaire en riant.

Travailleurs sucriers

Yin Siew Soon raconte l'une de ces histoires. Celle des travailleurs de la canne à sucre. «En 1973, il y avait beaucoup de mouvements. Il y avait du travail à en revendre dans la boutique. Dès que les travailleurs percevaient leur salaire, ils débarquaient dans la boutique pour faire leurs courses. Au début, c'était tous les 15 jours, ensuite toutes les trois semaines et finalement, à chaque fin de mois. Et c'était mon mari qui allait déposer les produits chez ses clients. Il connaissait les maisons par coeur. On parle là des habitants de Médine et de Flic-en-Flac», raconte-t-elle.

À présent, tout cela c'est de l'histoire ancienne. L'affluence n'est plus la même. Selon Yin Siew Soon, après elle, il n'y aura personne pour s'occuper de la boutique. «Peut-être qu'il y aura une autre personne qui prendra notre relève. Autrement dit, nous devrons à contrecoeur fermer boutique», dit-elle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.