Afrique: Les nouveaux financements stimulent les efforts dans la lutte contre la déforestation, contre la désertification et contre le changement climatique et renforcent les systèmes alimentaires

communiqué de presse

Rome — Le Fonds pour l'environnement mondial alloue 179 millions d'USD à l'appui de projets coordonnés par la FAO

Aujourd'hui la FAO a accueilli la décision du Conseil du Fonds pour l'environnement mondial (FEM) d'octroyer 179 millions d'USD à l'appui du travail de l'agence des Nations Unies avec des pays du monde entier sur la question du lien critique entre l'agriculture et l'environnement.

Il s'agit de projets qui concernent tout spécialement la conservation de la biodiversité, la gestion des ressources hydriques transnationales, la gestion durable des terres, la remédiation de pesticides extrêmement dangereux et l'adaptation aux changements climatiques.

Le financement est le résultat de la réunion du Conseil du FEM qui s'est tenue cette semaine à Washington et où les gouvernements ont approuvé deux programmes de travail séparés pour un total de 966 millions d'USD, soit l'allocation la plus importante dans toute l'histoire du FEM. Ce financement profitera à 91 pays, dont 30 pays les moins avancés et 32 petits États insulaires en développement (PIED).

Parmi les programmes de travail, le FEM a lancé deux programmes spécifiques phares (appelés «Impact Programs») - l'un pour les paysages durables des terres arides (DSL) et l'autre pour les systèmes alimentaires, l'utilisation des terres et la remise en état. Quelque 104 millions d'USD de ce financement sera destiné au programme spécifique DSL, coordonné par la FAO, dans 11 pays d'Afrique et d'Asie, en partenariat avec la Banque mondiale, l'Union internationale pour la conservation de la nature, et le Fonds mondial pour la nature.

Le programme spécifique aura pour objectif de soutenir les efforts destinés à éviter, réduire et inverser la tendance à la déforestation, à la dégradation et à la désertification dans les pays suivants: Angola, Botswana, Burkina Faso, Kazakhstan, Kenya, Malawi, Mongolie, Mozambique, Namibie, République-Unie de Tanzanie et Zimbabwe.

La FAO a aussi été invitée à jouer un rôle clé avec la Banque mondiale dans un deuxième programme spécifique du FEM, à savoir le programme pour les systèmes alimentaires, l'utilisation des terres et la remise en état. Toutes ces initiatives porteront sur l'interaction complexe entre le maintien de systèmes de production résilients dans les zones arides, la promotion d'une remise en état, et l'amélioration des moyens d'existence, à travers une approche paysagère globale.

«La FAO se réjouit de la décision du Conseil du FEM qui s'appuie sur un partenariat de longue date et qui contribue de manière significative au besoin de répondre aux défis environnementaux critiques tout en améliorant la sécurité alimentaire», a dit Mme Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO, Climat et Ressources Naturelles.

Le Conseil du FEM a également approuvé un programme de travail à hauteur de 101 millions d'USD pour les fonds fiduciaires d'adaptation aux changements climatiques du FEM - le Fonds pour les pays les moins avancés (FPMA) et le Fonds spécial pour les changements climatiques (FSCC) dont 44 millions d'USD sont des projets FAO-FEM.

Le programme de travail FPMA/FSCC prévoit une vaste gamme de priorités d'adaptation dont la réalisation d'une agriculture et d'une foresterie climato-intelligentes, la construction d'une résilience face au climat dans les contextes urbains, ruraux et dans les communautés côtières, une amélioration dans la gestion des ressources en eau et une disponibilité de l'eau pour les usages agricoles et domestiques, un renforcement de la résilience climatique dans les communautés côtières vulnérables, une augmentation de la capacité d'adaptation des communautés par le biais d'approches intégrées.

La FAO est une agence partenaire du FEM, un partenariat qui se compose de 18 agences et de 183 pays et qui entend répondre aux questions environnementales mondiales les plus difficiles qui concernent la biodiversité, le changement climatique, la dégradation des sols, les produits chimiques et les eaux internationales.

Le FEM accorde des subventions aux pays afin qu'ils puissent faire face à ces défis et contribuer dans le même temps à des objectifs clés de développement, comme la sécurité alimentaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Aliments et Agriculture

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.