15 Juin 2019

Sénégal: Un rassemblement contre «l'opacité» des contrats pétroliers dispersé

Une vingtaine de partis politiques et d'organisations de la société civile avaient appelé à un rassemblement à Dakar, vendredi 14 juin, en réaction à l'affaire Aliou Sall, du nom du frère du président Macky Sall. D'après une enquête de la BBC, il aurait touché 250 000 dollars de pots-de-vin dans le cadre de l'attribution de deux concessions pétrolières au géant britannique BP. La manifestation n'avait pas été autorisée en raison de « menaces de troubles à l'ordre public » d'après une source policière. Les participants ont été dispersés à coup de gaz lacrymogènes.

Les abords de l'Obélisque à Dakar sont clairsemés ce vendredi. Le dispositif policier bloque l'accès à la place. « On aimerait que la lumière soit faite sur ces contrats pétroliers et gaziers, explique Simon Kouka du mouvement citoyen Y'en a Marre. On est venus pour que la justice s'autosaisisse. » L'interview est interrompue. Simon Kouka est arrêté par les forces de l'ordre.

Étudiant, Abdoulaye Faye regrette de ne pas avoir pu manifester. « On a été dispersés, affirme-t-il. On n'est pas surpris car c'est comme ça à chaque fois que les jeunes ou la population se réunit ici. Ce que nous vivons actuellement, c'est du jamais-vu. Les jeunes n'ont même pas le droit de se réunir, de se rassembler pour dire ce qui va et ce qui ne va pas. »

« Macky corrompu », scande l'éphémère cortège dans une des rues adjacentes, ciblant directement le président Macky Sall. Le nom d'Aliou Sall, le frère du président, est plusieurs fois cité par les manifestants.

Seyna Boubeye accuse l'État d'avoir tout fait pour empêcher le rassemblement. « Ils n'accepteront jamais cette manifestation et on restera dans la rue pour défendre nos intérêts, assure-t-elle. On ne laissera pas Frank Timis, ni Aliou Sall, ni qui que ce soit dilapider nos ressources. On sera là, on défendra l'intérêt de nos enfants, de nos petits-enfants, de nos frères, de nos sœurs, de nos grands-pères. C'est l'avenir du Sénégal qui est en jeu et on est là pour le défendre. »

En tout, une vingtaine d'interpellations ont eu lieu d'après une source policière.

L'enquête est ouverte depuis mercredi au sujet des éléments révélés par la BBC. « Un tissu de contrevérités » d'après le gouvernement.

Sénégal

CAN-2019 (Finale) Sénégal - Algérie (0-1) - Le rêve de tout un peuple se réalise

Le rêve de plus de 42 millions d'Algériens s'est réalisé vendredi soir, après la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.