Afrique: Lutte contre Ebola - Vers une réponse internationale ?

Un volontaire de la Croix-Rouge en Ouganda prend la température d'une femme en provenance de République démocratique du Congo pour détecter les symptômes d'Ebola (février 2019).

Après la propagation de l'épidémie d'Ebola de la RDC vers l'Ouganda, l'Organisation Mondiale de la Santé doit décider s'il faut déclarer l'urgence internationale.

L'Organisation mondiale de la santé avait déjà renoncée à deux reprises, en octobre 2018 puis en avril dernier, à déclarer cet état d'urgence sanitaire pour Ebola en RDC. La raison évoquée était notamment le fait que l'épidémie demeurait cantonnée à un seul pays.

Mais cette fois-ci la maladie a franchi les frontières congolaises et risque de s'étendre à d'autres pays. C'est déjà le cas de l'Ouganda voisin où deux décès ont été enregistrés. Si l'OMS venait à déclarer l'urgence de santé publique de portée internationale, cela reviendrait à la mise en place d'une riposte internationale.

Notons que cette décision se réfère à l'arsenal du Règlement sanitaire international (RSI), adopté par la plupart des pays du monde en 2005. Elle est prise par un collège d'experts réuni par l'OMS.

Ce type de consultation est plutôt rare, ce qui souligne l'inquiétude de l'organisation à propos de la possibilité d'une propagation du virus à un niveau mondial.

Les 196 pays signataires du RSI se concertent donc pour renforcer et maintenir leurs capacités en matière de surveillance de la maladie et riposter en mettant à niveau leurs capacités médicales.

Ils doivent également assurer les activités d'inspection et de contrôle systématiques dans les aéroports internationaux, les ports et aux postes frontières pour éviter la propagation.

Jusqu'alors, une telle urgence internationale n'a été décrété que quatre fois par l'agence spécialisée des Nations unies. En 2009 pour la grippe H1N1, en 2014 pour la poliomyélite, en 2014 encore pour l'épidémie d'Ebola qui a fait plus de 11.300 morts dans trois pays d'Afrique de l'Ouest (Liberia, Guinée, Sierra Leone) et en 2016 pour le virus Zika.

En RDC, l'épidémie actuelle est la dixième depuis 1976 et la deuxième la plus grave dans l'histoire de la maladie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.