15 Juin 2019

Ile Maurice: Pré-campagne électorale - Les partis s'affrontent à coups de clips

En novembre 2014, le clip «Vire mam» avait fait un tabac et cela avait grandement permis à l'alliance Lepep de remporter les élections. Mais, pour les prochaines législatives, le Mouvement socialiste militant (MSM) ne sera pas le seul à utiliser cet outil politique. Les autres partis vont suivre et l'innovation ne manquera pas de surprendre les uns et les autres.

La guerre des clips a d'ailleurs commencé. Plusieurs circulent sur les réseaux sociaux ces jours-ci, dont un du Parti travailliste (PTr) et intitulé «seki zot dire vs seki zot faire». Ce clip contient un entretien que sir Anerood Jugnauth, alors dans l'opposition, avait donné à un journaliste d'une radio privée. SAJ parlait du gaspillage des fonds publics et annonçait l'institution d'une commission permanente pour veiller aux dépenses publiques.

Le clip rappelle que les rapports de l'Audit parlent du gaspillage sous le règne du gouvernement Lepep. Ou encore cette déclaration de SAJ : «Ki metro léger pou out. Pas kapav enn poigné dimounn voyazé et toute la population ki payé» et qu'il faut construire des flyovers pour décongestionner le trafic. Il mentionne aussi les investissements dans le réseau routier et dit qu'il y a souvent des variations. Il qualifie cela de business.

Cependant, il n'y a pas que les politiciens qui sortent des clips. Juste après le Budget, un homme s'est exprimé sur le «cadeau aux fonctionnaires». Il entonne la chanson «zenfan pei Maurice» mais la change en «zenfan pei fonctionnaires». De l'humour certes, mais la décision du ministre des Finances d'accorder une avance de Rs 1 000 aux fonctionnaires à partir de janvier 2020 est perçue comme une discrimination envers les employés du secteur privé.

Kaviraj Bheechook du PTr, Vinay Koonjul du Mouvement militant mauricien et Deepak Balgobin du MSM, trois jeunes aspirants candidats aux prochaines élections générales, soutiennent que les clips joueront un rôle important dans la prochaine campagne électorale. «Entre 2014 et 2019, il y a eu plus d'électeurs sur les réseaux sociaux et les clips seront importants dans la campagne.» Toutefois, ils reconnaissent tous les trois qu'il pourrait y avoir des fake news, comme cela a été le cas en Inde lors de la dernière campagne électorale. «Il faut une certaine vigilance de la part des autorités», avancent-ils.

Ile Maurice

A l'école - Un enseignant frappe une fillette avec un bâton

«Ki ou enn Bondié mo bizin tom dan ou lipié.» C'est ce qu'aurait dit une institutrice d'une… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.