Maroc: Milan hôte d'un meeting sur le droit d'asile et la politique migratoire

Organisé par le réseau des expatriés marocains en Italie

Plus d'une centaine de kilomètres séparent Milan de la côte méditerranéenne la plus proche. Pourtant, en dépit de cette distance, la plus vaste des mers intérieures a été au centre des attentions lors du premier meeting post-Forum social mondial de Salvador de Bahia. Un meeting brillamment organisé par le réseau des expatriés marocains en Italie, en étroite collaboration avec l'espace maroco-italien de solidarité ainsi que l'Association "Ofok". Cet évènement qui s'est tenu le 8 juin courant, a été placé sous le thème «L'immigration n'est pas un problème. Et le droit d'asile un droit ».

A travers ce rendez-vous, le réseau des expatriés marocains en Italie exprime sa volonté de « braquer les projecteurs sur les sujets d'actualité ayant trait à l'immigration et au droit d'asile. ». Volonté qui se traduit par la poursuite de certains objectifs, dans un monde sans discrimination ni haine, ou encore mettre un terme au commerce de l'être humain. Ledit réseau a bien compris que cet idéal ne sera pas atteint sans l'appui d'un programme de sensibilisation généralisé. La rencontre qui s'est tenue en présence d'éminents spécialistes et de plusieurs dizaines d'organisations non gouvernementales, a également été l'occasion idoine pour un comparatif entre le droit d'asile en Italie et ailleurs dans le monde.

Pour El Matouat Yahya, président de l'Espace maroco-italien de solidarité, « l'immigré est de nos jours devenu une source de développement économique, culturel et politique. Et d'ajouter : « A la lumière de cette donne, il est primordial que les associations représentant la société civile soient sensibilisées au sort des migrants et de plaider leur cause de par le monde».

Ce monde dont on parle, et ce n'est un secret pour personne, est de plus en plus marqué par un déséquilibre entre ses hémisphères Nord et Sud. La partie Nord fait preuve de peu de compassion et d'intérêt à l'égard de la situation des migrants. Un constat qui va à l'encontre de tout bon sens. Et notamment celui économique, puisque les immigrés installés en Europe participent de manière significative à l'essor économique du Vieux Continent. Pour preuve, ces derniers qui représentent 8,5% de la population européenne, participent à hauteur de 8 milliards de dollars dans les ressources du continent, via les taxes qu'ils payent, et 13 milliards d'euros de contribution à la caisse sociale, entre autres.

De ce fait, les nombreux participants au meeting du 8 juin courant, ont appelé à un traitement de la question migratoire de manière plus honnête et rationnelle, en se basant sur des faits réels, pour contrer la propagation des fake news. Cela dit, le processus de réflexion va devoir passer à la vitesse supérieure. Car entre-temps, la Méditerranée continue de compter ses morts par centaines dont des enfants en bas âge. Une réalité qui glace le sang, d'autant plus qu'on a l'impression qu'elle est admisse dans les quatre coins du monde comme une normalité. Ce qui constitue en soi une affligeante aberration. En tout cas, les débats organisés par le réseau des expatriés marocains en Italie trouveront un prolongement par la tenue d'autres meetings prochainement, en France, en Belgique et au Maroc.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.