Cote d'Ivoire: Université FHB de Cocody - SEM Marcelo Rebelo de Sousa fait docteur honoris causa.

Marcelo Nuno Duarte Rebelo de Sousa, Président de la république du Portugal porte désormais le titre de docteur honoris causa de l'Université Felix Houphouët-Boigny.

Les insignes lui ont été remis, hier, au cours d'une cérémonie solennelle qui s'est déroulée au sein de l'institution. En présence notamment du ministre ivoirien de l'Enseignement supérieur, Albert Mabri Toikeusse et de son homologue du sport, Danho Paulin.

A ce titre, il a reçu des mains du professeur Abou Karamoko, président de l'Université de Cocody, une toge, un diplôme, une médaille, ainsi qu'un présent (un tableau), «en mémoire de son passage dans l'illustre institution», a précisé le patron de l'UFHB. Qui, dans la présentation du nouveau impétrant, a salué l'homme d'Etat, mais surtout l'universitaire et l'enseignant de droit accompli.

«En ce jour mémorable l'Université Félix Houphouët-Boigny a l'honneur de recevoir une personnalité qui est à la fois l'incarnation de la science et de l'engagement sur le plan social et politique. Sur le plan scientifique, SEM Marcelo est un universitaire accompli, docteur en droit, des sciences juridiques et politique de l'université de Lisbonne en 1984, il devient professeur de cette université en 1985», a fait remarquer Pr Abou Karamoko.

«J'appartiens désormais à l'Université Félix Houphouët-Boigny», s'est réjoui le Président portugais, devant un parterre d'enseignants et d'étudiants. Citant le premier Président Ivoirien, Houphouët-Boigny, il a affirmé que «l'avenir de l'Afrique repose sur sa jeunesse». Il a donc invité les jeunes à cultiver la persévérance et à participer activement au développement du continent. «Etudiants, vous êtes des privilégiés. Vous devez servir les autres en commençant par vos concitoyens», a-t-il exhorté. Il a salué le premier Président ivoirien qui, selon lui, a gravé à jamais ses actions dans les marbres de l'histoire de la Côte d'Ivoire.

Mabri Toikeusse, au nom du gouvernement ivoirien, a dit la fierté de la communauté universitaire de recevoir ce haut dignitaire au sein de la première institution universitaire en Côte d'Ivoire. «Cette visite est éminemment historique. Depuis le président Sedar Senghor, qui a reçu le titre de docteur honoris causa, c'est la deuxième fois que notre institution reçoit un Chef d'Etat. C'est pourquoi, au nom du gouvernement et de toute la communauté universitaire nationale, je voudrais vous exprimer toute ma gratitude», a dit le ministre.

Il a indiqué que dans la vision du Chef de l'Etat ivoirien de faire de la Côte d'Ivoire, un pays qui compte dans le concert des nations, l'enseignement supérieur et la recherche constituent «un levier important pour former un capital humain de qualité en vue de construire le développement économique social, culturel et politique de notre pays». Il a assuré que la coopération entre les deux pays occupe une place de choix dans le secteur de l'enseignement. «Le rôle de l'enseignement de la langue portugaise est primordial », a souligné le ministre en ajoutant que la Côte d'Ivoire s'y engage pleinement.

Sur la question, le président de l'Université de Cocody, Pr Abou Karamoko, a rappelé que soixante-dix-huit étudiants sont inscrits en année de Licence dans la filière langue portugaise. Et qu'elle compte notamment cinq professeurs titulaires.

Il faut rappeler que le Président portugais est en visite d'Etat en Côte d'Ivoire, depuis avant-hier.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.