15 Juin 2019

Sénégal: Abus policiers à l'encontre des clients des banques et institutions financières - L'Acsif dépose une plainte au niveau du tribunal régional de Dakar

Pour combattre les abus policiers à l'encontre des clients des banques et institutions de micro finance, l'Association des clients et sociétaires des institutions financières (Acsif) a déposé hier, vendredi 14 juin, une plainte au niveau du tribunal régional de Dakar. L'association a aussi dénoncé la thésaurisation notée au plus haut sommet de l'Etat qui plombe l'économie sénégalaise.

L'Association des clients et sociétaires des institutions financières (Acsif) a déposé hier, vendredi 14 juin, une plainte au niveau du tribunal régional de Dakar pour dénoncer les abus policiers à l'encontre de certains clients et usagers des banques et institutions de micro finance. « De plus en plus, nous constatons des convocations de la police et de la gendarmerie à l'encontre des usagers de banques et institutions de micro finance. Ce qui est inacceptable, parce que la relation clients -banques relève de la compétence civile et commerciale. C'est pourquoi, nous sommes venus aujourd'hui déposer une plainte contre ces agissements de policiers et gendarmes qui sont en train de violer la loi en convoquant des clients et des usagers à la police et à la gendarmerie », se désole Famara Ibrahima Cissé, président de l'Association des clients et sociétaires des institutions financières (Acsif).

Par ailleurs, il rappelle que la relation bancaire est inscrite dans une convention de prêt sur laquelle il est clairement et explicitement mentionné qu'en cas de défaut de paiement, la banque doit dans un premier temps écrire une lettre de relance au client.

Dans un deuxième temps, poursuit-il, si le client ne réagit pas, on lui envoie une mise en demeure. Et en dernier lieu si le client ne réagit toujours pas, la banque peut saisir le tribunal. « Cette procédure a été inscrite dans la convention qui a été proposée à la signature du client. Donc, ce n'est pas normal que des banquiers en connivence avec certains policiers entachent la crédibilité même de la police en convoquant pour des affaires commerciales des clients à la police », s'est-il offusqué.

Aussi, Famara Ibrahima Cissé et ses camarades ont-ils dénoncé la thésaurisation notée au plus haut sommet de l'Etat. «C'est inacceptable que l'on puisse constater un directeur général du budget se faire voler une faramineuse somme de 50 millions dans son bureau. C'est pourquoi nous interpellons le ministre de l'Economie, des finances et du plan, le président de la République et le directeur général de la banque centrale pour que des sanctions soient prises. Nous devons tous combattre la thésaurisation qui plombe l'économie du pays. Aujourd'hui, si les banques n'ont pas suffisamment de liquidités, du fait que les usagers mettent de l'argent dans leurs coffres forts, les projets de jeunes et de femmes ne seront pas financés. Les taux d'intérêt aussi seront élevés », a-t-il déploré.

Sénégal

CAN 2019 - Le Sénégal y est presque

Qualifiés pour la finale de la CAN pour la première fois depuis 2002, le Sénégal et son… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.