15 Juin 2019

Sénégal: Rassemblement interdit de la plateforme Aar Li Nu Bokk, à la place de l'Obélisque - La police réprime les manifestants

Suite à l'interdiction préfectorale du rassemblement de la plateforme "Aar Li Nu Bokk", la police a usé des gros moyens pour empêcher aux manifestants de tenir leur rassemblement. Même si les forces de l'ordre ont pu bloquer l'accès à la Place de la Nation, lieu prévu pour le rassemblement, il n'en demeure pas moins que la circulation a été perturbée dans toute la zone de Colobane à cause des jeunes venus nombreux exiger la lumière sur les contrats incriminés par la BBC.

Détonation de bombes lacrymogènes, fumée de fumigènes, pneus brulés, routes barrées avec de grosses pierres ou des barrières. Tel était le décor hier, vendredi 14 juin, aux alentours de la Place de la Nation, ex-Obélisque. Pour cause, la manifestation interdite de la plateforme "Aar Li Nu Bokk", décidée qu'elle était à tenir son rassemblement à ladite place. Mais, c'était sans compter avec la détermination des forces de l'ordre qui ont fini de quadriller le secteur, depuis la matinée.

Venus en nombre réclamer la lumière sur le «scandale» portant sur les contrats pétroliers et gaziers impliquant le frère du président Sall, Aliou Sall et l'homme d'affaires Frank Timis, les jeunes ont été repoussés hors des lieux où la manifestation était prévue. Afin d'empêcher les manifestants de se rassembler, la police a usé de bombes lacrymogènes, rendant l'air irrespirable et suscitant larmes aux yeux. S'en est alors suivi un échange de jets de pierres contre lacrymogènes et des courses-poursuites.

Par conséquent, la circulation a été perturbée dans toute la zone qui gravite autour de la Place de la Nation. Les Forces de l'ordre ont érigé des barrages à quelques mètres des lieux, empêchant tout le monde, même les simples passants, à emprunter les chemins qui passent devant ladite place.

A leur tour, les manifestants visiblement organisés avant de venir, avaient ouvert des fronts de résistance un peu partout, laissant les policiers au milieu. Ils ont ainsi utilisé de grosses pierres pour barrer la circulation au rond-point de Colobane. Qui plus est, ils ont allumé des pneus à ce niveau, paralysant toute la circulation, et créant un embouteillage monstre. Les automobilistes étaient obligés de faire demi-tour sur la chaussée et repartir vers le Centre culturel Blaise Senghor, en passant devant la Maison du Parti socialiste. La venue du maire de Mermoz Sacré cœur, Barthélémy Dias accompagné de ses gardes du corps, au niveau de ce rondpoint, a revigoré certains jeunes qui scandaient son nom. Mais, la police était positionnée pour empêcher les manifestants de progresser vers la Place de la Nation.

A noter que la majeure partie des manifestants était composée de jeunes. Certains en tee-shirts de couleurs noires, d'autres en teeshirts de la plateforme "Aar Li Nu Bokk", ils ont scandé des slogans hostiles au régime du genre "Macky Sall, dictateur", "Rendez nous notre pétrole". Des banderoles ont été brandies avec des écrits contre le régime, comme par exemple "Nittu Dëgg Valeurs réclame la démission du président Macky Sall". Les jeunes disent être prêts à tout pour que la lumière soit faite sur cette affaire. Mieux, ils promettent de descendre dans la rue pour que jaillisse enfin la vérité sur cette affaire de pétrole et de gaz.

Aliou Sané de Y En A Marre arrêté

Il y avait des arrestations lors de la manifestation contre les contrats sur le pétrole et le gaz. En effet, le coordonnateur du mouvement Y'en a marre, Aliou Sané, a été stoppé net par la police, alors qu'il voulait se rendre à la place de la Nation. Face à son refus de rebrousser chemin, car estimant qu'en tant que Sénégalais, on n'avait pas le droit de l'empêcher de se rendre à ladite place, il a été conduit dans le panier à salade de la police. Il nous a été signalé aussi l'arrestation de Guy Marius Sagna du "Mouvement France Dégage", ainsi que de certains jeunes de la plateforme "Aar Li Nu Bokk".

Des jeunes des HLM Fass en sentinelles de leur quartier

Entre les manifestants et certains jeunes résidant aux alentours de la Place de la Nation, les nerfs étaient tendus, lors de la manifestation de la plateforme "Aar Li Nu Bokk".

En effet, repoussés par la police avec ses bombes lacrymogènes et la fumée piquante du gaz, de jeunes manifestants ont voulu entrer dans les Hlm Fass. C'était sans compter avec certains jeunes du quartier qui s'étaient érigés en sentinelles d'auto-défense. Entre eux et les manifestants, il a fallu de peu pour en venir aux mains. Mais, plus de peur que de mal, car la situation était revenue à la normale avec le recul stratégique effectué par les forces de l'ordre.

Sénégal

Assassinat de Mamoudou Bolaro Barry - Un sit-in projeté devant l'ambassade de France en Guinée

Les protestations et indignations se multiplient après l'assassinat de Mamoudou Bolaro Barry dans la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.