Sénégal: Don de sang - Reservoir, insuffisamment bas !

Le ministre de la Santé et de l'action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, a présidé la cérémonie de la Journée mondiale du don de sang qui s'est déroulée hier, vendredi 14 juin, au Centre national de transfusion sanguine. Le thème retenu pour cette année est : «le don de sang et l'accès universel à la transfusion du sang sécurisé en tant qu'élément pour atteindre la couverture sanitaire universelle». Occasion pour le directeur du Cnts de révéler qu'au Sénégal, le niveau des réserves de sang est très bas

«Du sang sécurisé pour tous» ! Tel est le slogan retenu en cette journée mondiale du don de sang présidée par le ministre de la Santé et de l'Action sociale hier, vendredi. Le constat est que les besoins en produits sanguins sont de plus en plus importants. Au Sénégal, selon le directeur du Centre national de transfusion sanguine (Cnts), Saliou Diop, «nous avons malheureusement un déficit de 300% par rapport à ce don». Dans le même sillage, Abdoulaye Diouf Sarr confie : «le défi est grand puisque le Sénégal ne dispose que de 6,4 dons de sang pour mille habitants, alors que les besoins sont estimés à 10 dons pour mille habitants».

Le niveau des réserves est bas. Cette situation s'explique, selon le directeur du Cnts, par un frein sur le plan socioculturel et parfois même sur le plan économique. «C'est important de rassurer les donneurs potentiels et leur faire savoir qu'il n'y a aucun risque. Avant de pratiquer le don, il y a un entretien médical qui définit d'abord l'aptitude de la personne à pouvoir donner du sang. C'est une occasion pour nous de sensibiliser les populations et singulièrement les jeunes sur l'importance de la contribution de chacun afin de résorber le gap. Le don de sang est une activité de la communauté», renchérit-il.

Le Sénégal a enregistré quatre-vingt-dix-huit mille (98 000) dons de sang dans le pays en 2018, alors que les besoins sont estimés à cent cinquante mille dons (150 000) dons. Le plus grand nombre de don est effectué dans la région de Dakar. «C'est pourquoi le ministre de la Santé s'engage, dit-il, à soutenir la transfusion sanguine avec la ferme conscience que la disponibilité, l'accessibilité et la sécurité transfusionnelle constituent un maillon important du système de santé».

Le ministère de la santé entend renforcer les structures de transfusion sanguine en les dotant notamment de moyens leur permettant d'assurer au mieux leurs missions de collecte, de préparation et de distribution de produits sanguins sécurisés. Le centre régional de transfusion sanguine, rappelons-le, est en cours de construction dans la région de Louga et que celui de Kaolack débutera dans le courant de l'année 2019.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.