Congo-Brazzaville: Situation socio-politique - Le Cenadep dresse un bilan mitigé

Quatre mois après la prise du pouvoir par le chef de l'Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, le Centre national d'appui au développement et à la participation populaire (Cenadep) attend des institutions de la République, de la société civile et des partenaires au développement de jouer, chacun, son rôle afin de répondre aux attentes de la population.

Dans une analyse de la situation politique, économique et sociale du pays, le 11 juin, le Cenadep pense que les institutions de la République doivent urgemment agir en vue d'améliorer les conditions de la population. Ce centre note, en effet, un réel élargissement et apaisement, quant à ce qui concerne les libertés d'opinion et de pensées, ainsi que la décrispation politique, malgré l'excès de zèle de certains agents de l'ordre qui n'auraient pas perdu leurs anciens reflexes.

Le Cenadep relève aussi l'amélioration de la liberté de la presse, notamment par la qualité des émissions et la prestation des journalistes dans les médias publics, les contours de la sphère politique qui se dessinent, avec la plate-forme Lamuka comme la principale force de l'opposition. Les tractations politiques dans le cadre du partenariat au pouvoir, la nomination du Premier ministre, les récentes nominations dans deux entreprises publiques, le traitement des contentieux électoraux des législatives nationales et provinciales ainsi que des élections des sénateurs et des gouverneurs, le mandat du bureau de la Commssion électorale nationale indépendante (Céni), le comportement de certains acteurs de la société civile, la position du chef de l'Etat face aux confessions religieuses et la situation des Congolais de la diaspora ont été d'autres points soulignés par le Cenadep dans son analyse.

Ce centre a également épinglé, sur le plan économique, la précarité de la situation socio-économique de la population, l'épidémie d'Ebola, la grogne sociale dans les entreprises, la persistance des foyers de tension et d'insécurité dans certaines parties du pays, la reprise du dialogue avec le Fonds monétaire international, les travaux de réhabilitation de certaines infrastructures, l'insalubrité dans la capitale et dans certaines autres villes du pays, l'inondation du marché par des produits importés de qualité douteuse, des mesures d'encadrement de la sous-traitance qui ne produisent pas encore de changements tangibles, etc.

Agir en conséquence

Face au constat fait, le Cenadap attend du chef de l'Etat l'accélération de la mise en place du gouvernement doté d'un programme réaliste pour répondre aux attentes de la population, la mise en place d'un mécanisme national de concertation et de mobilisation générale de la population pour une paix durable et la cohésion nationale.

Cette association exhorte également le président de la République à s'impliquer personnellement pour une restructuration effective de la Céni, à rassurer sur la suite du processus électoral et à poursuivre le processus de décrispation politique, à mettre en place des mécanismes transparents de collaboration avec la société civile, à s'investir efficacement sur la transparence dans les industries extractives, à soutenir l'agriculture familiale, l'économie populaire et l'artisanat, etc.

Le Cenadep appelle, par ailleurs, les députés et sénateurs à promouvoir l'intérêt général, à exiger des comptes sur la cession ou la vente des actifs des entreprises minières de l'Etat et à accompagner la restructuration ainsi que le renouvellement des animateurs de la Céni en toute transparence et responsabilité. Les cours et tribunaux sont, eux, appelés à dire le bon droit alors que les partis politiques sont exhortés à jouer pleinement leur rôle. Si les partenaires au développement sont appelés à apporter leur appui conséquent aux autorités de la RDC et aux organisations de la société civile, le Cenadep attend également que ces dernières joueent pleinement leur partition.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.