16 Juin 2019

Centrafrique: Le premier rassemblement du Front uni pour la défense de la nation dispersé

Cette nouvelle plateforme d'opposition organisait samedi 15 juin son premier meeting à Bangui. Un rassemblement très vite dispersé par les forces de l'ordre. L'événement avait été interdit, officiellement pour des raisons de sécurité.

C'est dans un stade du 8e arrondissement de Bangui que les organisateurs du Front uni pour la défense de la nation avaient donné rendez-vous à leurs sympathisants. Mais à leur arrivée, impossible de tenir le meeting : les forces de l'ordre quadrillent le secteur.

« Ils ont carrément mis une barrière humaine de policiers avec des boucliers, raconte Gervais Lakosso, le coordonnateur général de la plateforme. Ils ont empêché nos services logistiques d'installer les podiums. On s'est donc regroupés à à peu près 1 kilomètre du lieu de meeting et on a loué des taxis-motos. Donc on les a pris au dépourvu : on est arrivé à 200 mètres du lieu de meeting et on a décidé de faire le meeting sur place, en utilisant des motos comme podium. »

Rapidement, les forces de l'ordre dispersent la centaine de manifestants réunis. Les organisateurs du Front uni dénoncent des tirs de sommation à balles réelles. « Je n'en suis pas informé », rétorque de son côté le porte-parole du gouvernement, Maxime-Ange Kazagui, pour qui la situation sécuritaire ne permettait pas la tenue de ce meeting.

Dans un communiqué daté de jeudi, le ministre de l'Intérieur chargé de la Sécurité publique, Henri Wanzet-Linguissara disait disposer d'informations selon lesquelles des « terroristes » pourraient profiter de ces regroupements pour « procéder à des tueries massives ».

Pas de quoi décourager le Front uni, qui promet de nouvelles actions dans les prochains jours.

Centrafrique

Rapport de l'Onusida - Stigmatisation et manque de moyens criant en RCA

L'Onusida a publié, la semaine dernière, son rapport annuel. Si les conclusions sont positives dans… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.