Ile Maurice: Décès suspect de son chien - Le combat d'Avinash pour tous les autres maîtres

Cette bataille, Avinash la mène aussi pour les autres maîtres, qui, comme lui, ont perdu un être cher après qu'ils se sont rendus à cette clinique.

Il est inconsolable. Mais trouve quand même la force de se battre. Depuis la mort de son chien, Warrior, 4 mois, Avinash Luximon, 39 ans, ne cesse de réclamer justice. Cet habitant de Quatre-Bornes allègue que son toutou a été victime de négligence médicale.

Il a déjà entamé plusieurs procédures et a même porté plainte auprès de la Mauritius Society for Animal Welfare (MSAW) et la police de Sodnac. Jusqu'ici, les autorités concernées peinent à lui donner les raisons ayant entraîné la mort de son beau guerrier. Bien qu'une autopsie ait été pratiquée sur le chien.

L'histoire remonte au 31 mai. Ce jour-là, Avinash conduit Warrior dans une clinique pour animaux des Plaines-Wilhems car le chien refuse de s'alimenter. «Le vétérinaire lui a fait plusieurs piqûres et il s'est aussitôt évanoui. Mo finn trouvé ki li pa ti dan so léta normal. Linn fini zet lekor... » Or, le vétérinaire en question lui a fait comprendre que c'était tout à fait normal et lui a demandé de retourner à la maison.

Rapport d'autopsie jamais donné

Warrior a perdu son combat contre la mort quelques heures après, à son domicile. «J'ai tout de suite alerté la police de Sodnac. Et une autopsie a été pratiquée - gratuitement - par l'Animal Welfare Unit (AWU), un département du ministère de l'Agro-industrie.» Mais le rapport n'a jamais été remis au propriétaire. «A sak fwa pe téléfonn zot, zot pe dir pa ankor gagné. Komié létan ankor pou bizin atann ?»

Cette bataille, Avinash la mène aussi pour les autres maîtres, qui, comme lui, ont perdu un être cher après qu'ils se sont rendus à cette clinique. Selon ses dires, d'autres cas similaires y ont été recensés.

Du côté de l'AWU, on soutient que le rapport devrait être prêt bientôt. Entre-temps, le corps de Warrior a été remis à son maître, qui lui a fait ses derniers adieux déchirants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.