Cote d'Ivoire: Valorisation du cajou - Le projet de promotion de la compétitivité de la chaîne de valeur lancé

L'objectif est d'accroître la productivité, la qualité et la valeur ajoutée de la noix de cajou au profit des petits exploitants et de l'industrie de la transformation locale.

En présence du gotha des exportateurs, transformateurs, producteurs et acheteurs, le mécanisme des Subventions à coûts partagés (Scp) du Projet de promotion de la compétitivité de la chaîne de valeur de l'anacarde (Ppca) a été lancé (hier) à Cocody par Dr Adama Coulibaly, son coordonnateur. Il est par ailleurs le directeur général du Conseil coton anacarde.

Ce projet vise à accroître la productivité, la qualité et la valeur ajoutée de la noix de cajou au profit des petits exploitants et de l'industrie de la transformation locale, a expliqué à la presse le Dr Adama Coulibaly.

Le mécanisme des Subventions à coûts partagés au profit des porteurs de projets visant à valoriser l'anacarde se décline en trois composantes. Il s'agit d'un appui institutionnel et de gouvernance de la chaîne de valeur de l'anacarde, de l'amélioration de la productivité et de l'accès aux marchés. La dernière composante est relative à l'appui au développement du secteur privé et à l'investissement dans la transformation de la noix de cajou.

En lançant ce projet, l'objectif du gouvernement est clair. Il s'agit pour la Côte d'Ivoire, premier producteur mondial avec 716 317 de tonnes (près de 24% de la production mondiale), de relever son taux de transformation qui est en dessous des 10%. Dans le cadre de ce projet, à partir du 17 juin 2019, un appel à projet sera lancé en vue d'accompagner financièrement les porteurs de projets. Le démarrage du retrait des candidatures est prévu pour le 21 du même mois.

Saisissant l'occasion, le directeur général du Conseil coton anacarde a invité les coopératives de producteurs de cajou, les industriels du secteur, les opérateurs d'entrepôts, les femmes et les jeunes porteurs de micro-projets à prendre activement part à ce projet.

Aux banques, le patron du Conseil coton anacarde a rappelé qu'elles doivent désormais « avoir confiance en la filière cajou ». Car, estime-t-il, celle-ci, avec ses remarquables performances, présente les signes d'un avenir rassurant.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.