16 Juin 2019

Afrique: CAN 2019 - Soulagement pour le Mali qui évite la disqualification

La Fédération malienne de football (Femafoot) a adopté samedi, après des heures de discussion, les nouveaux statuts exigés par la Fifa. La menace d'une suspension qui aurait entraîné la disqualification des Aigles pour la CAN en Égypte (21 juin-19 juillet) n'est plus. Au Mali, on pousse un ouf de soulagement.

Le Mali va bel et bien participer à la 11e Coupe d'Afrique des nations de son histoire. Depuis 2002, les Aigles n'avaient manqué que l'édition 2006. Et malgré leur brillante campagne lors des éliminatoires de la CAN 2019, la menace planait sur eux depuis l'avertissement sévère lancé le week-end dernier par la Fifa : si l'assemblée générale de la Fédération malienne de football (Femafoot) prévue samedi 15 juin était « sabotée », si les nouveaux statuts n'étaient pas adoptés par la Femafoot, l'équipe nationale se verrait disqualifiée de toutes les compétitions de ces deux prochaines années, y compris la CAN en Égypte donc.

Les nouveaux statuts adoptés in extremis

La Femafoot, sous tutelle de la Fifa depuis un an et demi après des scandales d'ingérence du pouvoir, était donc sous pression samedi. Le verdict a mis beaucoup de temps à tomber. La fameuse 47e assemblée générale a démarré à Bamako vers 10 heures du matin et les débats se sont étendus jusqu'au bout de la nuit. L'AG aura duré environ 14 heures.

Véron Mosenga-Omba, directeur des associations membres de l'Afrique et des Caraïbes à la Fifa, l'homme qui avait averti la Femafoot du risque de suspension, était présent. Antonio Souaré, président de la Fédération guinéenne de football, était également là, en tant que représentant de la Confédération africaine de football.

[MENACE DE SUSPENSION ]-UN ACCORD A ÉTÉ TROUVÉ , LE #Mali NE SERA PLUS SUSPENDU ! | #CAN2019

Et finalement, la bonne nouvelle est arrivée : la Femafoot a adopté ces nouveaux statuts conformés à ceux de la Fifa, évitant ainsi une disqualification très fâcheuse à seulement cinq jours du coup d'envoi de la CAN en Égypte.

« Cette crise n'avait que trop duré »

Sur Twitter, Arouna Modibo Touré a confirmé la « sortie de crise heureuse » avec l'adoption des nouveaux statuts « à l'unanimité ». Le ministre des Sports malien annonce la reprise à venir du championnat national, à l'arrêt depuis novembre 2017, et la tenue d'une « assemblée générale élective dans les deux mois qui suivent ».

Hier, tard dans la nuit, avec les acteurs du football Malien, nous avons trouvé la voie pour une sortie de crise heureuse : les nouveaux statuts de la FEMAFOOT ont été votés à l'unanimité. Bientôt la reprise du championnat et une AG élective dans les 2 mois qui suivent !

« Le Mali a été sauvé à travers l'adoption d'un nouveau texte de la Fédération malienne de football, en conformité avec les textes des instances du football mondial. Ce n'était pas facile, mais les uns et les autres ont fait exception d'orgueil et ont mis le Mali au-devant de tout. Cette crise n'avait que trop duré », a déclaré Issa Sidibé, délégué de la Ligue de football de Bamako, au micro de Mahamadou Kaloga pour RFI.

Le sélectionneur Mohamed Magassouba et ses hommes pourront donc affronter l'Angola, la Mauritanie et la Tunisie au premier tour de la CAN 2019 (groupe E). Avant même d'apprendre l'adoption des nouveaux statuts, le groupe des 23 Aigles sélectionnés avait été dévoilé. Après un match nul face Cameroun (1-1) le 14 juin en amical, le Mali dispute sa dernière rencontre de préparation ce dimanche 16 juin contre l'Algérie, toujours au Qatar. Leur premier match lors de la CAN est fixé au 24 juin contre la Mauritanie, à Suez.

Mali

Lutte contre la faim - Duncan va partager l'expérience ivoirienne à Bamako

Le vice-Président ivoirien est attendu à Bamako pour prendre part au Forum national de la nutrition qui… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.