16 Juin 2019

Burkina Faso: Statut valorisant des enseignants - Des syndicats présentent les acquis de la lutte

Le coordonnateur de la CNSE, Bonaventure Bélem, a salué l'unité des acteurs de l'éducation, qui a permis d'engranger des acquis.

La Coordination nationale des syndicats de l'éducation (CNSE) a tenu une conférence de presse, le samedi 15 juin 2019, à Ouagadougou. Elle a informé l'opinion des engagements pris par le gouvernement.

Après plusieurs mois de sit-in, marches, grèves... pour l'amélioration de leurs conditions de vie et de travail, des acteurs de l'éducation sont satisfaits des retombées de leur lutte. Leur mobilisation a permis de relever le niveau de recrutement pour l'ensemble des emplois retenus, la création d'environ dix nouveaux emplois, auxquels il faut ajouter deux autres en optionnel pour prendre en charge les Centres d'éducation de base non formelle (CEBNF), le règlement de la situation de personnels bloqués dans leur carrière ou sans statut, la suppression de certains emplois en vue de raccourcir la durée du parcours dans la carrière, l'élargissement d'opportunités d'évolution dans la carrière par la consécration officielle de passerelles et la création de nouveaux emplois.

A cela, s'ajoutent l'octroi d'une bonification d'un échelon à certains travailleurs et l'aménagement de dispositions particulières pour certaines catégories. C'est ce qu'a révélé la Coordination nationale des syndicats de l'éducation (CNSE), lors d'un point de presse, le samedi 15 juin 2019, à Ouagadougou. Le coordonnateur de la CNSE, Bonaventure Bélem, a précisé que l'adoption de ce statut ne règle pas tous les problèmes dans l'éducation et la recherche et partant, constitue un moratoire en matière de lutte.

En terme d'acquis, le coordonnateur de la CNSE, Bonaventure Bélem, a cité aussi la correction substantielle des indemnités de logement, la bonification d'échelon octroyée, la communication d'informations plus «rassurantes» sur le dossier des personnels des ex-garderies populaires et l'octroi aux enseignants en situation de classe, d'une allocation annuelle de 30 000 F CFA pour l'acquisition d'ouvrages pédagogiques.

Il a salué l'intelligence qui a conduit les responsables syndicaux à créer un cadre unitaire de lutte réunissant autant d'organisations aux lignes et visions différentes. «Les travailleurs ont bien compris que c'est dans l'unité qu'ils peuvent peser fondamentalement sur les solutions à leurs préoccupations. Ils sont le principal bouclier de leur cadre de lutte», a-t-il soutenu. Que répondez-vous à certains de vos collègues qui estiment que la lutte a été «vendue» ?

M. Bélem a reconnu que si l'opinion a salué le dénouement de la crise qui était une source d'angoisse des élèves, des parents d'élèves, quant à l'issue de l'année scolaire en cours, et cela, à la veille des examens scolaires, elle a fait l'objet de supputations de la part de certains collègues. Mais, selon les conférenciers, le point de presse ne vise pas à répondre à ceux qui tirent à boulets rouges sur la CNSE, sans prendre le temps nécessaire de lire et analyser les résultats de la lutte. «Il ne vise pas non plus à justifier la levée du mot d'ordre et à faire un bilan exhaustif de notre lutte», a soutenu le coordonnateur de la CNSE.

Selon lui, la CNSE est parvenue, après de longs mois, à stabiliser le contenu d'un statut valorisant pour les personnels de l'éducation. Et, deux orientations principales ont guidé les représentants de la coordination tout au long des discussions. Il s'agit d'une part, de disposer d'éléments à même de permettre une amélioration des conditions de vie des personnels et d'autre part, de bases pouvant contribuer à l'amélioration du système éducatif, a expliqué le coordonnateur, Bonaventure Bélem.

Burkina Faso

La colère des familles des 11 personnes décédées en garde à vue

Au Burkina Faso, 11 personnes sont décédées dans une cellule de l'unité antidrogue de la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.