Congo-Kinshasa: [Des bureaux du PPRD incendiés] Yannick Tshisola - «Je mets en garde les combattants de l'UDPS sur leur comportement de barbarie»

Les cadres et militants du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), ont marché le mardi 11 juin dernier devant le Parlement. Une descente dans les rues de Kinshasa organisée spécialement pour répondre aux adeptes de l'Union pour la démocratique et le progrès social (UDPS), et les militants de l'union nationale du Congo (UNC), qui ont manifesté un jour avant, devant cette même institution.

Des évènements successifs qui surviennent à la suite d'une plénière au cours de laquelle certains députés nationaux membres du FCC ont été accusés d'avoir mis sur la table des débats, la question concernant les actes posés par le Chef de l'Etat.

Pour Yannick Tshisola, porte-parole national de la ligue des jeunes du PPRD, l'UDPS est actuellement un parti au pouvoir, et doit mettre fin aux actes de violence qui ne l'honore pas du tout. "Nous sommes venus protester face à cette provocation de militants de l'UDPS. Le PPRD est un parti du peuple, nous avons fait des élections qui ont donné les résultats que vous savez. Nous sommes en coalition avec eux, et les choses marchent très bien, mais il y a des inconscients au sein de ce parti qui ne comprennent pas qu'ils sont actuellement un parti au pouvoir et qu'ils sont en train de fragiliser leur propre président en commettant de tels actes, entre autres, saccager nos sièges et déranger les députés nationaux", a-t-il déclaré.

Il prévient donc que les partisans de l'UDPS "doivent savoir qu'ils n'ont pas le monopole de la violence. La politique est un débat d'idées plutôt que de se battre inutilement. Nous les mettons en garde pour dire que ça soit la dernière fois. Ils ne sauront pas contenir la foule de notre jeunesse", a déclaré le porte-parole de la ligue des jeunes du PPRD.

Dans le même registre, il a demandé au Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi d'instruire les militants de son parti de ne pas de brûler les voitures des députés et de saccager les sièges des partis politiques, dans l'esprit de l'Etat de droit qu'il a toujours prôné. "Il doit veiller vraiment à calmer les membres de son parti pour éviter encore des désordres, puisqu'on ne peut pas avoir la prétention de gérer un pays, quand on n'arrive pas à calmer sa base électorale".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.