Congo-Kinshasa: «Phillis Wheatley» - Le Centre culturel américain rouvre ses portes à Kinshasa

A l'occasion de la réouverture du Centre culturel américain «Phillis Wheatley», l'Ambassade des Etats-Unis d'Amérique à Kinshasa a organisé une cérémonie officielle le mardi 11 juin dernier, dans la commune de la Gombe. La cérémonie était dirigée par l'Ambassadeur Mike Hammer.

Inactif pendant deux ans, ce centre est un espace public où les congolais peuvent visiter et se renseigner sur la culture, les valeurs, la langue anglaise et bien plus d'informations sur les Etats-Unis.

Mike Hammer a laissé entendre, avant la coupure du ruban symbolique, qu'il est nécessaire pour des peuples, des cultures de se rencontrer pour mieux se comprendre et vivre ensemble. Il est persuadé, en effet, qu'à part les langues nationales ainsi que la langue officielle du pays, les congolais doivent aussi parler l'anglais. Raison pour laquelle, il a insisté sur la gratuité des services qu'offre ce lieu de culture et de recherche.

Le Directeur du Centre culturel américain Phillis Wheatley, François Djamba, a déclaré que la vocation essentielle de cette bibliothèque, est de véhiculer la culture américaine. "La connaissance et la pratique de la languie anglaise permettent d'ouvrir bien de portes pour l'avenir", a-t-il renseigné. Ses rayons comptent 5.000 ouvrages, des articles et différentes publications que le public peut consulter en ligne.

Etant donné que le territoire national est immense, d'autres bibliothèques sont installées à Kinshasa, à la 1ère rue dans la commune de Limete et à l'Université Protestante au Congo. A l'intérieur du pays, à Goma, Lubumbashi et Matadi. D'autres villes ne peuvent que prendre leur mal en patience parce que l'implantation sera effectuée dans les semaines à venir.

Il sied de noter que ce centre porte le nom d'une dame devenue poétesse, venue de l'Afrique de l'Ouest. Elle avait débarqué aux Etats-Unis comme esclave à 14 ans. A l'époque des Pères Fondateurs des Etats-Unis, à titre d'exemple, Georges Washington, elle a fait preuve d'une ingéniosité hors pair afin de s'adapter au nouveau milieu, tout en maîtrisant la langue anglaise pour s'exprimer mais aussi pour écrire des livres et poèmes contre l'esclavagisme. Elle est donc un exemple de courage pour tous ceux qui cherchent à s'émanciper et découvrir d'autres cultures.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.