Congo-Kinshasa: [Une action rapide de l'Etat attendue] SCPT - Kamerhe met fin à la grève !

Vital Kamerhe, Directeur de Cabinet du Président de la République, Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, 56 ans, a une idée de ce qui passe à la SCPT. Voilà pourquoi, tout récemment, répondant à une lettre de Patrick Umba, le Directeur Général de cette société, il demandait notamment, à Henri Yav Mulang, le Ministre des Finances, en collaboration avec Pierre Kangudia, le Ministre d'Etat au Budget, de procéder au paiement en mode d'urgence de la créance due par l'Etat à la SCPT.

L'Inspection Générale du Travail, après d'âpres négociations, avait, pour sa part, convié toutes les parties prenantes à la signature d'un Procès-Verbal de conciliation. Ce qui, du coup, devait, en principe, permettre de décréter une trêve, de remettre de l'ordre et, enfin, de restaurer la paix sociale et la stabilité. D'où, les agents et cadres, quels que soient leurs grades et fonctions, sont invités, désormais, au calme et à la reprise du travail.

Car, à tout le moins, ni la grève sauvage, ni la diarrhée verbale, ni encore moins, les accusations gratuites, les dénonciations sans preuves et autres tiraillements infructueux entre la Direction Générale, l'Intersyndicale et les Délégués Syndicaux ne sauront garantir la survie de la Société Congolaise des Postes et Télécommunications.

La voie royale, l'unique qui soit meilleure, d'ailleurs, c'est celle de la conciliation, du rapprochement des vues et de la promotion du dialogue social permanent et de l'effort collectif pour le redressement de cette entreprise publique transformée en société commerciale dont la survie dépend, à la fois, du management interne et de l'apport de l'Etat. Agir autement, c'est chercher désespérement à aller à l'assaut de l'Everst à pied. A l'ex-Onatra, à Transco ou ailleurs, dans les autres entreprises où les mesures de suspension ont été prises à l'emporte-pièce contre les membres des comités de gestion, le miracle n'est pas encore au rendez-vous. Puisque la solution est plutôt ailleurs, dans le sérieux, dans la recherche des moyens et dans la relance de l'outil de production. Elle aussi dans la revalorisation de l'homme, c'est-à-dire, des travailleurs - eux qui sont appelés à la productivité- grâce à un traitement décent.

A la compétitivité sur un marché ouvert et concurrentiel, seules, les entreprises en bonne santé peuvent résister contre les caprices de la loi de l'Offre et de la demande.

Dans le secteur des Télécommunications, le monopole qui existait naguère est révolu. Depuis les années 90, juste après le lancement du multipartisment et du processus aussi laborieux que complexe de la démocratisation du pays à l'aune du vent de la perestoika et des alizées de la politique du glast nost, les télécommunications ont subi, en effet, une forte mutation.

De Télécel à Comcell d'hier, voici qu'une multitude d'opérateurs s'y sont incrustés jusqu'au point d'en devenir de nouveaux leaders ayant conquis le terrain et anéanti littéralement les géants d'antan.

Airtel, Vodacom, Africell, Orange, Standard Télécom et Startimes, pour ne citer que celles-là, figurent en bonne place de la nouvelle kyrielle de sociétés dont la gamme de services dépend, heureusement, de leurs droits dus à l'usage de la fibre optique que la Société Congolaise des Postes et Télécommunications gère au quotidien.

Mais, aux dernières nouvelles, apprend-on de source bien éclairée, les recettes secrétées par cette fibre optique, estimées à près de sept cent mille dollars par mois ne seraient suffisantes pour conjurer l'entièreté de la masse salariale mensuelle.

Si bien qu'un gap plus ou moins régulier place le comité de gestion dans l'obligation de se demener pour, non seulement, ramener les arriérés qui, autrefois, étaient à plus de 140 mois, à environ deux à trois ou quatre mois aujourd'hui.

Ces efforts, même s'ils ne sont de nature à vider l'ensemble des arriérés, permettent, néanmoins, de réduire les tensions sociales et de conjurer, de manière lente mais sûre, les vrais problèmes qui se posent à la SCPT.

Certes, certains parmi les travailleurs peuvent ne pas le reconnaître, mais les audits aussi bien internes qu'externes réalisés dernièrement à la demande de la plupart de commanditaires de toutes ces grèves de ces derniers jours, ont démontré, si besoin en était encore, le contraire.

De telle sorte que tous les arguments spécieux devaient, raisonnablement, céder le pas à la réalité qui veut que tous, alors tous, se remettent au travail pour le bien de la société.

Pour ce faire, des scènes de destruction méchante à l'instar des brûlures des pneus constatées dans certains bureaux, alors que non loin de là, juste à quelques centimètres près, se retrouvent la centrale du Backbone, le poumon même de la fibre optique qui permet aujourd'hui, aux opérateurs des télécommunications de tous bords, d'exploiter les services à haut débit et à moins cher, mettent en péril des investissements qui auront coûté, après autant de mobilisation de tous, des sommes faramineuses au Trésor Public.

Dans les milieux proches de l'Employeur, l'on désapprouve ces attitudes d'intolérance et d'incompréhension.

D'où, des appels se multiplient envers les agents et cadres pour leur prévenir du danger qu'ils font courir à la RD. Congo via la SCPT, en cas de dérapage et de recours illégal et repréhensible aux voies extrêmes contre lesquelles les agents de l'ordre se dresseront, à coup sur coup, sur leur passage. Question, prévient-on, d'assurer la sécurité de cette poule aux œufs d'or dont la gestion de ses équipements des télecommunications, au regard de leurs multiples usages, représente, aux yeux du nouveau Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, l'une des urgences de son programme prioritaire minimum et donc, l'une des colonnes vertébrales de défense, sans atermoiment, ni fioriture, de la souveraineté de la RD. Congo.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.