16 Juin 2019

Congo-Kinshasa: Accusé d'outrage au Chef de l'Etat - Charles Nawej demande pardon à Félix Tshisekedi et au peuple congolais

«Je viens par la présente manifester mes plus profonds regrets et solliciter le pardon de Son Excellence Monsieur le Président de la République et de tout le peuple congolais suite au grave malentendu des propos tenus au sein de l'Assemblée Nationale.

Rien, ni personne ne peut justifier une atteinte à la plus haute instance de notre pays. C'est pourquoi, je regrette sincèrement être à l'origine de cette entame dans notre cohésion nationale, et réitère la demande de pardon de notre Nation », lit-on dans un communiqué datant du samedi 15 juin dernier, écrit par le député national Charles Nawej. Celui-ci, à tout prendre, est accusé d'outrage au Chef de l'Etat pour avoir appuyé que ce dernier a pris récemment dans "l'inconscience" les deux ordonnances nommant les nouveaux mandataires à la Société Nationale des Chemins de fer du Congo, SNCC, et à la Générale des Carrières et des Mines, Gécamines en sigle.

Dans ce communiqué, en effet, ce député du Front Commun pour le Congo cher à Joseph Kabila, tout en regrettant ses propos, révèle qu'il n'a jamais voulu, en aucun cas, déstabiliser la paix chèrement acquise. D'où, demande-t-il pardon au Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo ainsi qu'à l'ensemble du peuple congolais. Charles Nawej souligne, dans cette correspondre adressée au premier citoyen congolais et à l'opinion nationale, qu'il ne voudrait pas que des personnes utilisent sa faute pour assoir des agendas incompatibles à sa démarche et à celle de ceux qui lui sont proches. « En renouvelant mon serment d'engagement patriotique et mes hommages les plus déférents au Chef de l'Etat, je ne peux qu'implorer son pardon et solliciter la clémence du peuple", a-t-il écrit dans cette missive-bémol.

Rétropédalage

Pour rappel, c'était lors du débat organisé à la plénière du vendredi 7 juin dernier, à l'Assemblée Nationale du Parlement congolais, sur les deux récentes ordonnances du Président de la République, que le député Charles Nawej avait déclaré que "le Chef de l'Etat a signé inconsciemment" ces ordonnances. Très rapidement, ces propos n'ont pas été digérés auprès des militants de l'Udps qui, en colère, ont dû secouer le macadam à Kinshasa, Lubumbashi et dans d'autres villes du territoire congolais, causant ainsi plusieurs dégâts. Toutefois, le parti présidentiel (l'Udps) avait saisi le Procureur général près la Cour de Cassation, pour demander des poursuites judiciaires contre ce député du FCC. Reste à savoir si ce pardon va suffire pour classer sans suite ce dossier qui n'a de cesse de faire couler encre et salive.

Congo-Kinshasa

Ebola en RDC - L'OMS déclare l'urgence sanitaire mondiale

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a réuni le mercredi 17 juillet un groupe d'experts chargé… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.