Sénégal: Soupçons de corruption dans l'attribution du contrat d'affermage à Suez - Le forum civil annonce un livre bleu

Vendredi dernier dans une décision rendue publique, l'Autorité de régulation des marchés (Armp) a rejeté le recours contentieux de la Sénégalaise des eaux, faisant ainsi de Suez attributaire de l'appel d'offres lancé en 2017. Ce que le Forum social Sénégalais entend mettre à nu en apportant toutes les preuves à travers un livre bleu.

Des soupçons de corruption s'avèrent dans l'attribution du contrat d'affermage de l'eau à Suez, en défaveur des concurrents directs à savoir la Sénégalaise des eaux (Sde) et Veolia, fait remarquer le coordonnateur du Forum social Sénégalais Mamadou Mignane Diouf. «Au regard de toutes les péripéties du contrat accordé à Suez, nous envisageons dans les semaines à venir, en collaboration avec les spécialistes, de publier un livre bleu dans lequel toutes les preuves de corruption seront mentionnées y compris les dons et autres choses dites non encore dites», a sèchement déclaré le coordonnateur du Conseil citoyen «droit à l'eau et à l'assainissement», par ailleurs, membre du Forum mondial alternatif de l'eau (Fame) et du Forum mondial de l'eau. Il animait samedi dernier une conférence publique portant thème: «Les péripéties du contrat accordé à Suez: soupçon de corruption?»

Ceci rentrant dans le cadre des activités mensuelles de l'Africaine de recherche et coopération pour l'appui au développement endogène (Arcade), soutenue par la Fondation Rosa Luxemburg.

Soupçons de corruption

Visiblement très déçu de la valse de l'Autorité de régulation des marchés publics (Armp) dans cette affaire en cassant le marché à trois reprises M. Diouf donne du tonus à ses propos en retraçant les péripéties autour de ce contrat d'affermage quasi attribué à Suez dans des conditions «douteuses». «Après la première attribution, l'Armp a cassé le deal, à la suite du recours introduit par la Sde. Mais, Mansour Faye a récidivé, en donnant encore le marché à Suez, surtout en plein milieu de la campagne présidentielle. Ce qui est encore plus surprenant, c'est qu'il a tout fait pour entériner cette deuxième attribution avant de quitter le ministère de l'Hydraulique pour un autre poste. Et encore une fois, il a été désavoué par l'Armp», s'est ainsi exclamé.

Il explique: «Alors, l'on se demande ce qui explique le zèle de Mansour Faye en faveur de Suez. Ce n'est certainement pas la défense des intérêts du pays». Et de poursuivre : «C'est en fouillant que la presse nous apprend que la mairie de Saint-Louis avait reçu des bennes tasseuses offertes par Suez, quelques semaines avant le lancement de l'appel d'offres. Donc, l'attribution du marché à Suez semble être un retour d'ascenseur à un "bienfaiteur". Et le zèle dont Mansour Faye fait montre en sécurisant le contrat pour cette société, laisserait penser qu'il y a, peut-être plus que les bennes tasseuses. En tout cas, on semble être en face d'un véritable scandale de corruption. D'autant plus que selon certaines rumeurs, des gens proches du pouvoir pourraient entrer dans le capital de Suez, si celui-ci venait à gagner le marché».

Les intérêts du Sénégal non pris en compte

Selon M. Diouf, «il y a soupçons ou faits avérés de corruption dans cette affaire. Parce que Suez, Sde, Veolia, les entreprises soumissionnaires retenues ont fait chacune une proposition d'offre technique, mais pour ce qui des branchements à domicile, la Sde propose 90 000 FCFA contre 231 000 FCFA pour Suez. Mieux, pour ce qui est du prix du mètre cube d'eau, la Sde propose le meilleur prix par rapport à Suez», a-t-il expliqué.

Convaincu que ces faits sont avérés, M. Diouf dit être convoqué ce mardi-ci par l'Armp pour répondre à sa plainte déposée contre Suez montrant qu'il y a bel et bien des «preuves de corruption et de faits avérés». Toutefois, s'en désole-t-il encore : «A mon avis, le vin est déjà tiré. Par conséquent, il aurait été utile de nous entendre avant de se prononcer sur le dossier. Mais le verdict est déjà prononcé... ».

Le processus biaisé

Toutefois, M. Diouf de préciser: «Notre propos n'est pas de prendre partie pour la Sde contre Suez. Ce sont toutes les deux des multinationales mues uniquement par les bénéfices qu'elles pourraient tirer de cette activité. Notre propos, c'est plutôt de dénoncer un processus non transparent et entaché de corruption, qui risque de coûter cher au peuple sénégalais. Les révélations de la BBC sur les relations Frank Timis-Aliou Sall montrent comment les intérêts du pays sont en train d'être sacrifiés au profit d'aventuriers étrangers et d'une minorité d'individus au pouvoir».

Sous ce rapport dira-t-il: «A notre avis, il y a un lien étroit entre la volonté affichée d'attribuer le contrat à Suez, contre vents et marées, et les contrats léonins signés pour Frank Timis. Dans les deux cas, c'est au détriment des intérêts fondamentaux du Sénégal et au profit de multinationales bénéficiaires de ces contrats et de ceux qu'elles ont instrumentalisé pour les obtenir... ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.