Sénégal: Saint-Louis / Célébration de la 29ème édition de la journée de l'enfant africain - Le Forjel dit non aux violences faites aux enfants et plaide pour leur déclaration à l'état civil

Le Forum régional des jeunes et enfants leaders de Saint-Louis (FORJEL) a célébré hier, dimanche 16 juin, la Journée de l'Enfant Africain à travers une randonnée pédestre et un panel au niveau de la place Abdoulaye Wade. La randonnée a pour but de sensibiliser les populations sur l'importance de la déclaration des enfants à l'état civil dès la naissance. Le panel a été placé sous le thème «Actions Humanitaires en Afrique : Les droits de l'enfant d'abord». Une célébration qui a vu la présence de plusieurs élèves de divers établissements scolaires de la région.

Tout est parti du constat fait sur la pléthore d'élèves en classe d'examen, ne disposant pas de pièces d'état civil et qui courent le risque de ne pas passer leurs examens faute d'extraits de naissance. D'où le choix des membres du Forum Régional des Jeunes et Enfants Leaders de Saint-Louis (FORJEL) de célébrer la 29ème édition de la Journée de l'Enfant Africain par une randonnée pédestre visant à sensibiliser les populations de la ville tricentenaire sur l'importance de la déclaration des enfants à l'état civil.

"Nous avons fait un constat, il y a six mois de cela, après des enquêtes, que l'état civil constituait un réel problème chez les enfants. Cette année, il y aurait 260.000 candidats pour le Certificat de Fin d'Etudes Elémentaires (CFEE) et les 60.000 ne disposeraient pas de pièces d'état civil. C'est ce qui nous a permis d'organiser cette randonnée pédestre", a renseigné Mame Mody Cissé, Secrétaire général du FORJEL. Invoquant ainsi l'article 54 de la Convention l'Internationale relative aux Droits de l'Enfant, il est revenu sur les droits des enfants d'avoir un nom, une nationalité, une identité entre autres. Et l'article 51 du code de la famille sénégalaise de rajouter que "toute naissance doit être déclarée à l'officier de l'état civil".

Aujourd'hui, le paradoxe est que des milliers d'enfants sénégalais sont souvent confrontés à un défaut d'acte de naissance et du coup, beaucoup d'entre eux n'arrivent même pas à s'inscrire à l'école et d'autres abandonnent en chemin. Selon le jeune lycéen de Charles De Gaules, l'État devrait travailler avec les ONG qui en ont déjà réussi à faire retirer de la rue plusieurs enfants. À cela s'ajoute aussi la problématique des enfants de la rue et qui sont la proie de toutes sortes de dangers. Une question qui tient beaucoup à cœur les membres du FORJEL.

"C'est pourquoi, nous nous engageons à lutter ensemble pour dire NON aux violences faites aux jeunes filles et garçons. Personne n'est en sécurité, même à la maison et le cas de Bineta Camara peut être cité en exemple. Ce que nous déplorons", a-t-il soutenu tout en regrettant également le fait que plusieurs autorités de la région n'aient pas été présents à la cérémonie mis à part la première adjointe au maire de la commune de Saint-Louis, Aïda Mbaye Dieng ainsi que le Directeur du bureau Saint-Louis de l'ONG Plan International. Des sketchs et de l'animation culturelle étaient au menu de cette célébration de la Journée de l'Enfant Africain.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.