Burkina Faso: Banfora - Un couvre-feu instauré, les activités relatives à la chefferie coutumière suspendues

«En raison des troubles à l'ordre public liés à l'intronisation du chef de Canton de Banfora, il est procédé à la suspension de toutes activités relatives à la chefferie coutumière dans ledit canton pour compter de ce jour 17 juin 2019 jusqu'à nouvel ordre», peut-on lire dans ledit décret.

Par ailleurs, un couvre-feu a été instauré dans la commune de Banfora, de 22h à 5h, pour compter de ce 17 juin 2019, jusqu'à nouvel ordre, précise un communiqué.

D'après nos confrères de radio Oméga, deux prétendants se disputent depuis des mois le fauteuil de chef de Canton de Banfora, ce qui a engendré une crise.

«Le premier intronisé le 16 mars dernier est Aboubacar Gnambon Hema dit Fadouga ll. Il est le troisième fils du défunt chef de canton Yoyé Hema. Il occupe actuellement la cour royale. Le second intronisé le 16 juin dernier est Sibiri Hema dit Djana II. Il est le cousin du défunt chef de canton. Il s'est vu refuser l'accès à la Cour royale après son intronisation», explique radio Oméga.

La même source précise que la querelle de succession entre l'oncle et le neveu depuis le décès de Yoye Hema le 28 juillet 2018 ont occasionné des heurts autour de leurs deux intronisations.

La tension s'est muée en affrontements violents lundi 17 juin 2019 aux environs de 4h du matin, occasionnant la mort de deux personnes aux alentours de la cour royale, selon Oméga.

Samedi et dimanche, 3 blessés ont été enregistrés dans les heurts autour de la même Cour royale.

Le canton de Banfora compte 107 villages.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.