17 Juin 2019

Cameroun: Journée de l'Enfant africain - Le plaidoyer de l'Unicef

Les responsables de cette organisation onusienne étaient à Monatélé le 13 juin dernier pour jouer leur partition dans les célébrations.

On les comptait par milliers le 13 juin 2019 à la place des fêtes de la ville de Monatélé, chef lieu du département de la Lékié, région du Centre. Ces enfants sont venus célébrer dans la joie avec l'Unicef, le 30e anniversaire de la Convention internationale des Droits de l'enfant. Moment idéal aussi pour apporter la contribution de l'organisation onusienneà la célébration de la Journée de l'enfant africain.

Devant les autorités administratives, le représentant résident de l'Unicef, Jacques Boyer et l'ambassadrice de bonne volonté de l'Unicef, Charlotte Dipanda, les tout- petits ont exprimé leurs souhaits. C'est à travers des danses, récits et sketchs rappelant aux parents leurs devoirs envers eux qu'ils ont réclamé au nom de tous les enfants de la nation, le droit à la vie, à la nutrition, à l'éducation, à la protection, à la santé, entre autres.

Dans la Lékié, l'on note des avancées notoires pour ce qui est du respect des droits des enfants. « Un effort particulier est fait dans le département pour que la situation des enfants connaisse une amélioration continue. Pour vous en rendre compte, il suffit de voir le nombre d'écoles primaires, secondaires, les écoles de formation et les hôpitaux qui existent », confie Ayouba Hamadou, premier adjoint préfectoral du département de la Lékié. Dans le même sens, le maire de la commune d'arrondissement de Monatélé, André Tsala Messi, a dit mettre tout en oeuvre pour que les enfants jouissent de leurs droits. « C'est Monatélé qui a tiré la sonnette d'alarme pour dire que les gens n'ont pas d'actes de naissance mais des papiers. Nous plaidons pour la tolérance administrative. Le ministre de la Décentralisation et du Développement local a prescrit qu'on suive la procédure légale. C'est-à-dire, la délivrance d'un certificat d'âge apparent, d'une attestation de non existence et de jugements supplétifs. Nous plaidons également pour que cela ne coûte pas grand-chose », a déclaré le maire de Monatélé.

Des avancées certes depuis 30 ans. Mais beaucoup reste à faire dans plusieurs domaines d'après le représentant résident de l'Unicef. « Tous les enfants ne sont pas vaccinés contre toutes les maladies. Il y a un taux de malnutrition chronique avoisinant les 30% sur le plan national. 30% d'enfants au Cameroun n'ont pas d'acte de naissance.

Il y a encore des enfants qui sont des victimes innocentes de conflits initiés par les adultes et sont obligés d'être déplacés», a regretté Jacques Boyer. Ce dernier a rappelé l'action de l'Unicef auprès du gouvernement, des populations, de la société civile, pour contribuer à ce que tous les enfants vivant sur le sol camerounais puissent jouir de tous leurs droits », a conclu Jacques Boyer.

Cameroun

Route Mora-Dabanga-Kousseri - La deuxième phase des travaux lancée

Cette étape lancée samedi dernier à Mora concerne la réalisation physique du projet que va… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.