17 Juin 2019

Libye: Le gouvernement d'union nationale lance une initiative de sortie de crise

Depuis le 4 avril, l'opération militaire lancée par le maréchal Khalifa Haftar pour s'emparer de la capitale s'enlise. Fayez el-Sarraj exclut cependant tout dialogue avec son adversaire.

Jusqu'ici, aucune voix officielle libyenne ne s'était levée pour relancer le dialogue politique et mettre fin à cette crise qui perdure. Au contraire, depuis deux mois et treize jours, que dure la bataille de Tripoli, les deux parties campent sur leurs positions et refusent de négocier un cessez-le-feu.

Alors que l'Armée nationale libyenne, dirigée par Khalifa Haftar, cherche toujours à prendre Tripoli, Fayez el-Sarraj, représentant le camp de l'Ouest, propose finalement des élections rapides. Une solution prônée depuis des mois par la France.

« J'appelle à l'organisation d'un Forum national en Libye sous l'égide de l'ONU, en présence de toutes les forces nationales et de tous les représentants du peuple libyen de toutes les régions, ceux qui ont de l'influence politique et sociale et qui croient à une solution pacifique et démocratique », a-t-il annoncé lors d'une allocution diffusée sur la chaîne Libye al-Wataniya. « Cette conférence tracera une feuille de route pour la prochaine période, et mettra la base juridique pour des élections présidentielle et législatives organisées simultanément, avant la fin de 2019 », a précisé le Premier ministre du Gouvernement d'union nationale.

Fayez al-Sarraj exclut toutefois, sans les nommer, Khalifa Haftar et ses alliés de cette rencontre nationale en évoquant, « ceux qui ont les mains salies par le sang des Libyens ». Pourtant, il sera difficile de contourner l'homme fort de l'Est libyen dans l'éventualité de toute discussion politique pour mettre fin à cette guerre.

Libye

11 chaînes de télévision interdites dans l'est du pays

Reporters sans frontières (RSF) réclame des explications au gouvernement intérimaire, basé… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.