Burkina Faso: Procès du putsch - Les réquisitions du parquet militaire

Le procureur militaire a requis, 17 juin 2019, des peines d'emprisonnement et d'amende contre plusieurs accusés, dans le cadre du procès du putsch de septembre 2015. Contre les deux Généraux Djibril Bassolé et Gilbert Diendéré, il a requis la prison à vie.

Aussi, il a demandé qu'ils soient destitués de leur grade. Plusieurs autres accusés encourent aussi de grosses peines. L'adjudant-chef major Badiel Eloi, l'adjudant-chef Nebié Moussa dit Rambo, le sergent-chef Sanou Ali, le sergent-chef Roger Koussoubé risquent 25 ans de prison ferme, si le juge suit la réquisition du parquet. 15 ans de prison fermes ont été requis contre l'adjudant Nion Jean Florent, le caporal Da Sami. Contre le capitaine Abdoulaye Dao, Namena Faïcal, Guelwaré Minata, le médecin colonel Mamadou Bamba, le parquet exige cinq ans de prison fermes avec 1 million de F CFA d'amende.

Pour les civils dont le journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss, l'ancien bâtonnier Mamadou Traoré et Fatoumata Diawara, le procureur a demandé dix ans de prison fermes à leur encontre. Deux ans de prison ferme avec 1 million de F CFA d'amende ont été requis par le parquet contre Sidi Lamine Oumar. Les hommes politiques inculpés dans le dossier s'en tirent avec cinq ans de prison assortis de sursis. C'est la peine que le parquet a requis contre l'ancien député Salifou Sawadogo, Léonce Koné et Herman Yameogo. Il a requis 15 mois de prison assortis de sursis contre le commandant Abdoul Aziz Korogo.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.