Seychelles: Alors que le corail devient de plus en plus menacé, les Seychelles aident six pays à mettre en œuvre la restauration du corail

Les chefs de communauté et les praticiens des récifs de six pays de l'océan Indien occidental touchés par le changement climatique sont maintenant mieux équipés pour effectuer la restauration des récifs coralliens à la suite d'une séance de formation intensive.

La session de 10 jours s'est déroulée sur Praslin, la deuxième plus grande île, au Centre de sensibilisation et d'apprentissage pour la restauration des océans (CORAL).

Les participants ont suivi un programme intensif de travaux pratiques dans l'eau pour se familiariser avec la restauration des récifs coralliens en utilisant le concept de jardinage de récifs coralliens. Ils ont également appris les principes de base de l'écologie de la restauration, les meilleures pratiques actuelles en matière de restauration des récifs coralliens, une conception et une logistique appropriées.

Le projet a été lancé par une organisation locale de protection de l'environnement - Nature Seychelles - avec le soutien d'un organisme non gouvernemental basé en Colombie, Corales De Paz.

Au fil des ans, Nature Seychelles a mis en place un réseau régional pour aider les autres pays touchés par le changement climatique.

Nirmal Shah, directeur général de Nature Seychelles, a déclaré à la SNA que Nature Seychelles souhaitait partager ses connaissances et son expérience avec d'autres partenaires sur le terrain.

Les six pays participant à la formation du 1er au 10 juin étaient le Kenya, la Tanzanie, le Mozambique, Madagascar, Maurice et Rodrigues.

Les participants venaient de six pays de la région de l'océan Indien occidental.(Nature Seychelles) Photo license: CC-BY

«Nous avons choisi ces six participants car ils sont déjà des leaders dans leur domaine. Ils seront en mesure d'appliquer ce qu'ils ont appris dès leur retour dans leur pays », a déclaré M. Shah.

Il a ajouté que Nature Seychelles souhaitait disposer d'un groupe d'experts hautement qualifiés pour les projets futurs.

«Nous sommes censés mener à bien un projet majeur sur les récifs coralliens et disposer d'une communauté d'experts en la matière dans la région, formés par nous, pour travailler sur de tels projets sera un énorme avantage», a déclaré M. Shah.

La formation a été menée par Phanor Montoya-Maya, fondateur de Corales de Pa, une organisation spécialisée dans la restauration de récifs coralliens.

M. Montoya-Maya, qui travaillait auparavant avec Nature Seychelles sur le projet Reef Rescuers, a déclaré que l'objectif de l'atelier était de permettre aux participants de saisir le concept de restauration des récifs afin de mener à bien des projets dans leurs pays respectifs.

«Nous savons qu'il n'y a pas une seule technique qui réussira à toutes les altitudes. Notre idée est donc de leur montrer la vision générale de ce qui est nécessaire pour un projet de restauration de récifs réussi, puis de leur faire partager le succès de Nature Seychelles. Ensuite, ils doivent l'enrichir de ce qu'ils ont appris et de leur propre expérience », a déclaré M. Montoya-Maya.

A l'issue de la formation, les participants sont invités à concevoir un projet de restauration des récifs coralliens d'ici un an. Nature Seychelles et Corales de Paz auront trois réunions de suivi pour les aider à mettre en place leurs projets, y compris la sécurisation des fonds.

«L'idée est qu'ils puissent démarrer des projets à petite échelle avec notre soutien et notre supervision, et que les concepts et les compétences que nous avons partagés s'appliquent toujours dans le bon sens, de sorte que la discipline continue et que le récif puisse être réhabilité», a déclaré M. Montoya. Maya.

Le biologiste marin mozambicain Erwan Sola envisage de lancer son projet d'ici la fin de l'année.

le Mozambique, a été durement touché par deux cyclones au début de l'année. Selon Sola, les cyclones ont détruit le récif corallien du pays, source de revenus importante pour de nombreuses personnes.

«J'ai reçu une expérience pratique qui sera inestimable lorsque je reviendrai et l'appliquerai sur le terrain», a déclaré M. Sola à la SNA.

Christopher Speville, qui est plongeur autonome à Rodrigues, a participé à la restauration de récifs à petite échelle dans son pays.

Il a déclaré que la formation lui avait ouvert les yeux puisqu'il avait appris une nouvelle technique pour restaurer les récifs endommagés non seulement par le changement climatique, mais également par l'homme.

«À Rodrigues, des femmes marchent sur les récifs à la recherche de poulpes. J'ai appris que le corail endommagé peut être collecté et replanté dans des pépinières sous-marines puis utilisé pour réhabiliter le récif. Le concept de jardinage de corail était fascinant », a-t-il déclaré.

Au cours des huit dernières années, Nature Seychelles a été un projet pionnier de restauration de récifs coralliens aux Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental. Le projet intitulé «Les sauveteurs de récifs» est réalisé avec l'aide financière de l'Agency for International Development des États-Unis (USAID).

Le concept de jardinage de récifs coralliens a permis de recueillir plus de 45 000 fragments de coraux dans des pépinières sous-marines et d'en greffer plus de 26 000 sur le récif touché de la réserve spéciale de l'île Cousin.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.