Niger: Le Niger va réglementer l'exercice du culte dans le pays

Assemblée Nationale du Niger

Les parlementaires nigériens viennent d'adopter un cadre juridique relatif à la pratique du culte. Le projet de lois suscite un vif débat sur la liberté religieuse.

Face au développement de tendances religieuses fondamentalistes et extrémistes dans un environnement sous régional marqué par l'apparition d'organisations terroristes se réclamant de l'islam, l'Etat du Niger a décidé de se donner les moyens d'un plus grand contrôle des pratiques religieuses. Les autorités, soutenues par certaines associations religieuses, craignent qu'un manque de vigilance conduise à une instabilité et à l'insécurité. Elles ont donc proposé un cadre juridique relatif à la pratique du culte, adopté ce lundi soir, 17 juin, par les parlementaires, avec 125 voix pour, 31 contre et deux abstentions.

"Dans l'intérêt de la population"

Mousthapha Ahamadou, rapporteur de la commision du conseil islamique, explique que "c'est dans l'intérêt de la population. Par exemple, pour être imam il faut au moins avoir un niveau bac plus 3 dans une université islamique. Le prophète nous a dit aussi qu'il faut avoir un certain nombre de Hadits pour prétendre être imam. Donc les prêches ne se font pas n'importe comment et par n'importe qui."

Le rapporteur de la commision du conseil islamique, regrette "que l'Etat ai laissé faire. Tout le monde est imam tout le monde est prêcheur même ceux qui n'ont pas le niveau. Je ne sais pas pourquoi chaque fois qu'il y a une question de religion les gens paniquent et diabolisent les choses."

Comment réglementer les prêches ?

Rien qu'à Niamey, la capitale, on compte plus de 230 mosquées et une centaine de prêcheurs. Le député de la majorité présidentielle Soumaila Ali explique la stratégie qui sera adoptée : "On a déjà la liste de tous les responsables des associations islamiques. Ils sont au nombre de 105. On va les identifier un par un et ensuite déterminer, dans chaque région, combien il y a de prêcheurs et de mosquées et, dans chaque mosquée, combien de fois on fait des prêches. Une fois tout ceci identifié, ça sera facile."

Une menace pour l'Islam

Mais certains ne voient pas cela d'un bon oeil. Ils voient une menace pour l'Islam, comme certains oulémas, toujours opposés au texte, malgré des séances de travail et de consultations. "On ne peut pas être d'accord parce que il n'y a rien qui nous convainc dans ce projet de loi. C'est contraire à notre religion qui est l'Islam", estime Malan Chitou, un des oulémas opposés à ce projet. "On a attiré leur attention sur le danger de cette loi et à eux maintenant de tirer toutes les conséquences", expliquait Malan Chitou avant le vote.

Avec cette loi, le Niger veut aussi fixer les conditions de création et de gestion des établissements d'éducation, de formation et d'animation des activités confessionnelles. Toutes les religions sont concernées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Niger

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.