Algérie: 6 mois de prison ferme à l'encontre de Ali Haddad

Alger — Le juge d'application des peines près le Tribunal de Bir Mourad Raïs (Alger), a prononcé, lundi, une peine de 6 mois de prison ferme assortie d'une amende de 50.000 DA, à l'encontre de l'homme d'affaires Ali Haddad, poursuivi pour faux et usage de faux.

Le juge a également prononcé une peine de deux mois de prison avec sursis assortie d'une amende de 20.000 Da à l'encontre du deuxième accusé de cette affaire, en l'occurrence Hassan Boualem, Directeur du Centre national de production des titres et documents sécurisés d'El Hamiz.

Pour rappel, les accusés pourront se pourvoir en appel, contre le jugement prononcé à leur encontre aujourd'hui lundi, durant les 10 prochains jours.

Les deux accusés avaient été entendus, le 3 juin dernier, sur les accusations d'obtention indue de documents administratifs pour Ali Haddad et de délivrance indue de documents pour Hassan Boualem.

Le parquet avait requis une peine de 18 mois de prison ferme à l'encontre des deux accusés assortie d'une amende.

La défense a soulevé la "nullité du PV d'audition de l'accusé", estimant que le dossier de cette affaire était "vide et manquait de preuves et de pièces à conviction".

Entendu par le juge, Ali Haddad a dit que sa détention de deux passeports était "normale", indiquant avoir utilisé les deux passeports "à plusieurs reprises" lors de ses déplacements à l'étranger.

Il a dit qu'il n'avait pas déposé de dossier pour l'obtention de son nouveau passeport, obtenu suite à "une demande adressée à l'ancien Premier-ministre, Abdelmalek Sellal".

Répondant à la question du juge concernant son arrestation au niveau du poste frontalier d'Oum Teboul, Ali Haddad a répondu qu'il n'était pas "en fuite" et qu'il n'était pas encore au courant de l'émission d'une interdiction de sortie du territoire national (ISTN) à son encontre.

Quant au deuxième accusé, Hassan Boualem qui a été entendu en tant que témoin lors des précédents procès, sa défense a plaidé la relaxe lors de la précédente audience.

Néanmoins, poursuit l'accusé, la loi "interdit l'utilisation de deux passeports en même temps ", imputant la responsabilité de contrôler et de traiter cette infraction incombait à "la Police aux frontières (PAF) et aux postes frontaliers».

Il convient de rappeler que le tribunal de Bir Mourad Raïs (Alger) avait décidé, le 20 mai dernier, le report du procès d'Ali Haddad, ,"pour absence de témoins".

Ali Haddad avait comparu, le 3 avril dernier, devant le juge d'instruction près le même tribunal, lequel avait ordonné son placement en détention provisoire à l'établissement pénitentiaire d'El Harrach.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.