Congo-Brazzaville: Santé publique - La Cameps envisage de couvrir 80% des besoins nationaux en médicaments

L'objectif à court terme de la Centrale d'achat des médicaments essentiels et produits de santé (Cameps) est de mettre suffisamment de produits à la disposition des formations sanitaires publiques et privées, pour mieux répondre aux attentes toujours croissantes en la matière.

A l'occasion de la réception d'un des entrepôts réhabilités de la Cameps, la ministre de la Santé et de la population, Jacqueline Lydia Mikolo, a indiqué que le défi à relever dans un avenir proche, pour cette structure, est de couvrir 80% des besoins nationaux en médicaments. « Il s'agit de disponibiliser les médicaments et autres produits de santé géographiquement sur toute l'étendue du territoire national et financièrement, donc à moindre coût, au profit de la population, notamment les couches les plus démunies », a-t-elle déclaré. La ministre a salué les efforts consentis par le Fonds mondial dans le renforcement de la chaîne d'approvisionnement de la Cameps avec un impact positif sur le système de santé au sens large du terme. D'ailleurs, elle a mis en relief le rôle clé que jouent et continuent de jouer les partenaires : Fonds mondial, Unicef, OMS, la Croix-Rouge française, l'Agence française de développement, etc., pour aider la Cameps à atteindre l'objectif fixé.

Dans ce sens, la Cameps projette de réhabiliter l'ensemble de ses entrepôts pour disposer des espaces de stockage supplémentaires. « Une surface de stockage de 381m2 à Brazzaville et 500m2 à Pointe-Noire afin d'augmenter la capacité de stockage à 3000m2 au niveau de la capitale », a indiqué le directeur général de la structure, le Dr Max Maxime Makoumba-Nzambi. Sous peu, a-t-il poursuivi, la Cameps recevra sa première dotation en médicaments essentiels génériques grâce au partenariat entre l'Unicef et le ministère de la Santé. Une offre qui permettra de disponibiliser au moins 40% des besoins en médicaments essentiels.

La France aux côtés du Congo pour améliorer le système de santé

L'ambassadeur de France au Congo, Bertrand Cochery, a rassuré le gouvernement congolais et la population du soutien à l'amélioration du système de santé. Il y a deux ans, les deux pays ont renforcé leur coopération dans le domaine sanitaire, notamment dans le cadre de la lutte contre les faux médicaments, a rappelé le diplomate. Aussi, pour l'efficacité de l'action menée par la Cameps, la France a mis à disposition deux experts qui participeront à l'élaboration du plan de développement stratégique de la Centrale d'achat des médicaments essentiels et produits de santé 2020-24. « Consciente des enjeux sanitaires en Afrique en général et au Congo en particulier, la France participe à hauteur de trois cent soixante millions d'euros au Fonds mondial pour renforcer la lutte contre le VIH/sida, le paludisme et la tuberculose », a fait savoir le diplomate français.

Le tout dernier entrepôt réhabilité grâce au financement du Fonds mondial est d'une superficie de 282m2, dans le cadre de la subvention 2018-2020. Dans cette chaîne de responsabilités partagées, la Croix-Rouge assure la gestion du plan d'approvisionnement en produits de santé.

La Cameps, rappelons-le, a pour rôle d'acquérir les médicaments et produits de santé, de les mettre à la disposition des formations sanitaires, de les rendre disponibles et accessibles à moindre coût sur toute l'étendue du territoire national. C'est ainsi que le défi à court terme demeure l'augmentation du taux de couverture à hauteur de 80%.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.