18 Juin 2019

Burkina Faso: Réquisitions procès putsch - Des «tarifs» à la tête du client ?

Photo: pxhere
Maillet de justice

Il ne reste donc plus guère que les plaidoiries des avocats de la défense avant que le président Seydou Ouédraogo et les quatre autres membres du tribunal se retirent pour délibérer.

Les défenseurs des accusés demandaient un mois pour se préparer, ils n'auront finalement obtenu qu'exactement neuf jours et devront donc être prêts le 27 juin pour sauver la tête de leurs clients, qui connaissent depuis hier les peines que le parquet militaire a requises contre eux.

Après plus d'un an de débats contradictoires, entrecoupés de multiples pauses voulues ou forcées, le procès du putsch a en effet véritablement amorcé sa dernière ligne droite ce lundi 17 juin 2019.

Interrompu pendant une cinquantaine de jours du fait du boycott des avocats, le jugement avait repris le mardi 11 juin avec le début des plaidoiries des conseils des parties civiles, suivies des réquisitions du ministère public. Ainsi les procureurs militaires ont requis la prison à vie et la dégradation pour les deux cerveaux présumés du pronunciamiento de septembre 2015 que sont les généraux Gilbert Diendéré ainsi que Djibril Bassolet, et la relaxe en faveur de deux accusés : le colonel Omer Bationo, dit « Bon ballon », et le capitaine Gaston Ouédraogo.

Pour ne citer que d'autres têtes d'affiche, le parquet propose :

- 25 ans de prison ferme pour l'adjudant-chef major Eloi Badiel, l'adjudant-chef Moussa Nébié, dit « Rambo », le sergent-chef Roger Koussoubé, dit le « Touareg », et le sergent-chef Laoko Mohamed Zerbo ;

-15 ans ferme pour les adjudants Kossè Ouékouri et Jean-Florent Nion ;

- 10 ans de prison ferme pour le magistrat militaire Abdoul Karim Traoré, le journaliste Adama Ouédraogo, dit Damiss, et le bâtonnier Mamadou Traoré ;

- 5 ans ferme et une amende d'un million de franc CFA pour le capitaine Abdoulaye Dao, Bagagnan Abdoul Karim, dit Lota, Fayçal Nanéma, Minata Guelwaré et le médecin-colonel Mamadou Bamba ;

- 5 ans de prison avec sursis pour le colonel-major Boureima Kiéré, Léonce Koné, Salifou Sawadogo et Hermann Yaméogo ;

-15 mois avec sursis pour le commandant Abdoul Aziz Korogo et le capitaine Oussène Zoumbri.

Dans un environnement où la culture judiciaire n'est pas toujours très solide, il est de bon aloi de rappeler qu'il ne s'agit que de réquisitions, c'est-à-dire des propositions de peines faites par le ministère public, qui est chargé de défendre les intérêts de la société.

Ce ne sont donc pas encore les peines qui seront prononcées à l'issue du procès par le tribunal, lequel n'est d'ailleurs pas obligé de suivre le parquet dans toutes ses prétentions, autrement dit, il lui est loisible de retenir la peine proposée, de l'alourdir ou, au contraire, de l'alléger selon son intime conviction.

Il faudra donc pour les prestigieux convives de la salle des Banquets attendre leur sort qui ne sera pas encore définitif puisque ceux qui le souhaitent pourront toujours faire appel du jugement. Autant dire qu'ils sont encore loin du bout du tunnel.

En attendant, et sous réserve du verdict des juges, au regard du déroulement du procès et de « l'intime conviction » des journalistes que nous sommes, on a le sentiment que le parquet a eu la main trop lourde contre certains pendant que d'autres, qui semblaient enfoncés dans cette histoire jusqu'au cou, bénéficient de réquisitions plutôt clémentes.

De ce fait, certains pourraient y voir des tarifs à la tête du client, dont l'attitude au prétoire a pu jouer, il est vrai, d'une manière ou d'une autre en leur faveur ou défaveur.

Quoi qu'il en soit, ces réquisitions donnent la tendance de ce que peuvent être les tarifs finaux qui seront décidés par les juges en leur âme et conscience et au nom du peuple burkinabè comme on le clame.

En savoir plus

Procès du putsch manqué - Le parquet requiert la prison à vie pour les généraux Bassolé et Diendéré

Le parquet demande au juge de prononcer une peine d'emprisonnement à vie pour les généraux Gilbert… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.