18 Juin 2019

Burkina Faso: Canton de Banfora - Deux morts, une moto incendiée

Le pire n'a pas pu être évité dans le bras de fer qui oppose deux camps depuis quelques mois dans l'affaire de la succession du chef du canton de Banfora. Deux personnes ont ainsi été tuées à l'aube de ce 17 juin 2019 et une moto incendiée au lendemain de l'intronisation du deuxième chef du canton de Banfora.

C'est l'effroi dans la ville de Banfora. Ses habitants, dont certains n'excluaient par une tournure tragique, se sont réveillés dans l'horreur. Deux corps gisaient dans la rue, attirant une foule de curieux venue constater le drame. Ces corps gisaient à quelques encablures de la cour royale et sont le résultat des positions tranchées des camps antagonistes dans la succession du défunt chef Yoyé Héma, décédé le 25 juillet 2018.

Du reste, la tension était perceptible après l'intronisation de Sibiry Héma, qui a pris pour nom de règne Djéna II. Après avoir accompagné ses invités, il n'a pu accéder à son domicile dans la cour royale. Un autre point de chute lui a été trouvé «pour lui permettre de se reposer», nous avait indiqué une source proche de ce chef. Mais, en toile de fond, selon d'autres sources, elles proches du premier chef intronisé, Fadouga II, après son intronisation, il ne devait plus accéder à la cour royale. Visiblement, c'est ce scénario qui est en train de se réaliser, car selon nos sources, Sibiry Héma n'a pas encore pu regagner son domicile au sein de la cour royale.

Les antagonismes entre les protagonistes se sont exacerbés, se soldant par deux morts vers 4h du matin ce 17 juin 2019, visiblement un mort dans chaque camp. Une des victimes se nommerait Lassina Héma et serait issue de la cour royale. Elle serait du camp de Fadouga II. L'autre victime n'a pu être identifiée au moment du constat de la police et serait du camp de Djéna II. Les corps ont été découverts à environ 200 m de la cour royale après une course-poursuite. Après le constat d'usage, c'est vers 9h qu'ils ont été enlevés.

La situation est, depuis, délétère. Une liste de personnes serait dressée, histoire de les éliminer ou de leur régler leur compte. C'est ainsi que Diao Lassina Ouattara, un homme politique bien connu de la ville, a échappé de peu à la mort vers 9h ce 17 juin. Devant la cour royale, il aurait été bastonné et laissé pour mort, selon un témoin. Il aurait, fort heureusement, pu se relever par la suite et se sauver, se réfugiant dans une cour. Mais sa moto a été incendiée.

Quel sera le dénouement de ce bras de fer entre membres de la cour royale ? Faudra-t-il attendre plus de morts, au nom de la neutralité de l'administration, avant de trouver une solution ? Certains sages ont tiré la sonnette d'alarme sans succès face à des protagonistes qui ne veulent pas entendre raison. Même la communauté lobi, alliée à plaisanterie, a joué sans succès sa carte, allant jusqu'à effectuer des rites dans la cour royale.

Burkina Faso

Tentative de sabotage du pont qui relie Djibo à Ouagadougou

Des hommes armés ont essayé de faire sauter l'ouvrage au petit matin du 18 juillet. Selon les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.