Angola: Boxe - Le CIO "visait à mettre l'AIBA en faillite" (DG)

Les décisions du CIO "visaient à mettre l'AIBA en faillite", estime l'Américain Tom Virgets, le directeur général de la Fédération internationale de boxe amateur (AIBA), écartée de l'organisation du tournoi olympique aux Jeux de Tokyo-2020 pour de graves problèmes de gouvernance.

Fin mai, en raison des nombreux dysfonctionnements que connaît l'AIBA (gouvernance, finances, éthique, lutte antidopage, arbitrage), le CIO a décidé de retirer à cette fédération l'organisation du tournoi de boxe olympique ainsi que des tournois qualificatifs. La décision, la première de ce type dans l'histoire olympique, doit être formellement entérinée la semaine prochaine par la session du CIO réuni à Lausanne.

L'AIBA, déjà en grandes difficultés financières, se trouve ainsi privée des revenus distribués à chaque fédération olympique, soit pour la boxe une somme de 17,5 M USD (15,6 ME) versée après les Jeux.

"Les décisions prises par le CIO visaient clairement à mettre l'AIBA en faillite", accuse M. Virgets dans une lettre adressée la semaine dernière aux membres de la commission exécutive de l'AIBA et que l'AFP a pu consulter.

"Toutes les sources de revenus de l'AIBA ont été coupées", ajoute M. Virgets. "Si l'on en juge par le ton et le contenu du rapport de la commission d'enquête (du CIO, NDLR), il est clair pour moi que la décision de suspendre l'AIBA a été prise il y a longtemps et que les informations et données que nous avons fournies ont été utilisées pour identifier nos points de vulnérabilité afin que la décision fasse le plus de mal possible à l'AIBA".

Face aux difficultés financières, l'AIBA, qui dispose de "moins de 400.000 USD sur son compte", n'a même plus les moyens d'organiser un congrès extraordinaire, comme le souhaitent certains membres de sa commission exécutive.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.