19 Juin 2019

Madagascar: La loi contre le blanchiment tarde à arriver

À Madagascar, la loi sur le recouvrement des avoirs illicites sera-t-elle adoptée par le président de la République ? Cette loi essentielle dans la lutte contre la corruption permet, entre autres, la confiscation des biens mal acquis des personnes soupçonnées avant leur jugement. Alors que le chef de l'État avait promis son adoption dans de brefs délais, le dossier traîne toujours.

Rejetée trois fois par l'Assemblée nationale l'année dernière, cette loi semble déranger directement les intérêts de ceux qui doivent l'adopter. Pour le président de la République Andry Rajoelina, qui peut légiférer par ordonnance depuis l'expiration du mandat des députés début février, c'est l'occasion de contourner le blocage des parlementaires et de montrer clairement sa volonté de lutter contre la corruption.

À plusieurs reprises le chef de l'État et le Premier ministre ont promis l'adoption de cette loi, notamment lors du dialogue politique entre la présidence malgache et l'Union européenne début mai. « Le président n'a pas donné de date précise, mais on avait l'impression que ça allait intervenir très vite », indique une source présente lors de cette rencontre.

À quelques semaines de la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale, l'adoption par ordonnance semble s'éloigner. « La nouvelle Assemblée aura l'occasion d'étudier cette loi sereinement. Il n'y a pas de nécessité urgente de l'adopter comme ça. Le pouvoir de légiférer du président ne doit pas donner lieu à des adoptions à la va-vite surtout pour des lois de cette importance », explique Pierre Houlder, en charge des affaires politiques au sein de la présidence.

La semaine dernière le FMI, en mission dans le pays, a lui qualifié l'adoption de cette loi de « priorité urgente », tout comme la société civile malgache.

Le temps presse, car Madagascar fait partie des pays qui font l'objet d'un suivi renforcé au niveau international à cause de défaillances graves dans son dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux. Sans l'adoption de cette loi, la Grande Île peut à tout moment être classée pays à risque par le groupement d'action financière (GAFI), ce qui serait un coup dur pour l'économie malgache.

Autre mise en garde venant de la société civile malgache : ne pas vider le texte de son but principal lors des discussions, à savoir la confiscation des biens acquis illicitement.

Madagascar

Christian Ntsay reconduit comme Premier ministre

24h après la démission du gouvernement, fin du suspense à Madagascar. Désigné la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.