Congo-Kinshasa: [Réagissant sur le rapport de l'Assemblée provinciale] Denis Kambayi - «Ce qui se passe pour le moment à Kananga, c'est un combat de leadership... »

Après son départ du Gouvernorat de la province du Kasaï-Central où il a réussi avec succès la mission lui assignée par l'ancien président de la République, Joseph Kabila Kabange, celle de pacifier cette partie du pays en conflit après les atrocités de Kamuina Nsapu, Denis Kambayi Cimbumbu, devenu Sénateur, a été surpris il y a quelques jours, par un rapport accablant de l'Assemblée Provinciale du Kasaï-Central, faisant état de détournement des véhicules et autres charges sur sa personne. Un rapport que le manager général du Grand Kasaï Holding rejette en bloc, et met quiconque au défi de lui apporter les éléments de preuve.

Denis Kambayi, très serein et détendu, s'est exprimé mardi 18 juin, dans une conférence de presse qu'il a animée au siège du Grand Kasaï, derrière la boulangerie "pain victoire", au quartier Beau Vent, dans la commune de Lingwala.

« Chers amis de la presse, ce qui se passe pour le moment à Kananga, c'est un combat de leadership. Malheureusement, ceux qui le mènent, le font mal, voire très mal. Et dans ce combat, l'homme à abattre, c'est Denis Kambayi, à cause simplement je dirais de mon CV... ».

Main sur le cœur, Denis Kambayi se demande où se trouvaient les 22 véhicules qu'il aurait détournés pendant qu'il prenait des véhicules en location. «Je suis arrivé, il n'y avait rien, rien du tout. Ma voiture de suite, je la prenais en location. Mon vice-gouverneur prenais aussi une voiture en location, n'en parlons pas des Ministres provinciaux dont certains marchaient même à pied... », a-t-il expliqué pour démontrer vraiment qu'il ne connaît rien de cette affaire de 22 véhicules détournés.

Denis Kambayi dit n'avoir trouvé que des "cadavres de véhicules" et d'autres carrément des carcasses pure et simple dont il a brandi les photos devant la presse. Parlant de 10.000.000 de dollars de dettes qu'il aurait pris et laissé à la charge de la province, Denis Kambayi dit que la juste blague, c'est un jeu de politicien. «Je me suis posé d'abord la question, ils parlent de 10 millions de FC ou de 10 millions de dollars ? Ce sont des accusations gratuites et ils doivent arrêter», a-t-il indiqué.

Abordant le deuxième point de son intervention, celui en rapport avec la position du Grand Kasaï sur tout ce qui se raconte au sujet du changement qui a eu lieu au sommet de l'Etat, Denis Kambayi qui a constaté avec beaucoup de regrets certaines attitudes discriminatoires sur les Kasaïens, indique que : « tous les Balubas ne sont pas membres de l'UDPS. Il ne faut pas ramener des questions politiques sur des questions communautaires.

On doit cesser de confondre la politique et la famille. On peut être de la même famille, mais ne pas partager les mêmes convictions politiques. Qu'on ne brûle pas le Congo pour des intérêts personnels. L'UDPS est un parti national, il n'est pas seulement le parti des Baluba, et tous les Balubas ne sont pas aussi membres de l'UDPS... », a-t-il expliqué.

Enfin, pour ce qui concerne la coalition FCC-CACH, Denis Kambayi a émis le souhait de voir cette coalition vivre le plus longtemps possible. Et pour y arriver, le sage kasaïen appelle à la mutualisation de la communication et des stratégies face aux autres. Denis Kambayi ne comprend pas pourquoi jusqu'à ce jour, plus de 5 mois après les élections, il y a toujours des débats sur les écrans de télévisions entre FCC et CACH, alors que les deux doivent gérer ensemble.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.