Congo-Brazzaville: 58e anniversaire des FAC - Les cadres supérieurs à la retraite organisent une marche

Afin d'entretenir leur corps qui a tant subi les épreuves du métier des armes, des anciens officiers supérieurs, n'étant plus dans les unités d'élite où l'exercice physique était la condition sine qua non de leur profession, ont initié une marche, le week-end dernier à Brazzaville, du Mess des officiers à la corniche.

Le président de l'Association des officiers supérieurs des Forces armées congolaises (FAC) et de la gendarmerie nationale (GN) à la retraite, le colonel Benjamin Ndalla, a indiqué que l'activité s'inscrivait également dans le cadre de la célébration des cinquante-huit ans de la création des FAC. Elle a été organisée pour partager la joie et le plaisir du métier, renforcer l'esprit de corps et la solidarité agissante entre les anciens officiers retraités.

Le colonel Benjamin Ndalla a fait savoir qu'entre eux les sujets de discussion ne manquent pas quand ils se retrouvent, exprimant la satisfaction de compter parmi eux leur ancien Mouzabakani qui leur fait partager ses connaissances sur la création des FAC, ayant été l'un des acteurs. A leur tour, ils transmettent aux jeunes ce qu'ils ont vécu, estimant que les anciens gèrent la sagesse, la jeunesse la construit.

Les FAC qui auront cinquante-huit ans le 22 juin, a-t-il poursuivi, ont beaucoup évolué. Avec moins de corps tout au début, se souvient-il, elles sont actuellement une armée qui se déploie sur tout le territoire national et au-delà, formulant le vœu que l'esprit de corps puisse vivre et que les bonnes habitudes de l'instruction militaire se transmettent de génération en génération.

Bannir les antivaleurs

« Quand on construisait le boulevard des armées, par exemple, on mettait l'essence dans un fût, les soldats gardaient les engins et les stocks de carburant, le matin on ne trouvait pas de vol. Ce sont des cas de bonne manière, de bonne gestion, du bon comportement du soldat. C'est ce genre de valeurs qu'il faut transmettre aux autres générations », a déclaré le colonel Benjamin Ndalla, invitant les hommes en uniforme actuellement en activité à ne pas se laisser gagner par les antivaleurs.

Le secrétaire général de l'Association, Bernard Bouka, a pour sa part précisé que celle-ci, créée en 2011, est fondée sur la loi de 1901. Ne peut l'intégrer volontairement que tout officier supérieur des FAC et de la GN en retraite, notamment commandant, lieutenant-colonel, colonel. Les généraux ne sont pas concernés. Ils sont plutôt des sympathisants. « Nous avons les membres d'honneur qui sont les hauts responsables de l'armée. Le commandant en chef des armées, le président de la République, est membre d'honneur, tout comme, le ministre de la Défense ou le chef d'état-major des FAC. Ils font partie à titre honorifique de notre association », a-t-il signifié.

Le médecin lieutenant Nana Jojon Adren, de l'Hôpital central des armées au service de traumatologie orthopédique, mis en route avec son équipe pour assurer l'antenne médicale de la marche de leurs anciens, s'est dit satisfait de constater qu'ils étaient en bonne santé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.