Burkina Faso: Commerce via réseaux sociaux - Les Business women burkinabè dans la e-tendance

Révolutionnant les attitudes et les données, Facebook, WhatsApp, et Facebook Messenger (les plus utilisés ici), offrent d'innombrables possibilités. Que ce soit pour la conquête du marché africain, voire international et ce, dans tous les domaines, les femmes burkinabè - précisément les plus jeunes - l'ont bien compris et les plus stratèges l'ont adoptés. Elles sont désormais de plus en plus présentes, visibles et efficaces dans le monde des affaires en ligne. Certaines sont célèbres et d'autres impressionnantes. Elles sont toutes des femmes de vision, mais avant tout déterminées.

Hadidjata Kaboré, joliment appelée Hadidja, est une jeune femme célibataire de 36 ans, à l'air réservé. Mère d'une adorable fille, avec son sourire resplendissant, Hadidja est d'une simplicité incroyable. Elle est serviable, discrète et intellectuelle. Titulaire d'une maîtrise en science de gestion, elle a mis de côté sa fonction de comptable et d'assistante administrative, pour suivre son rêve : devenir esthéticienne.

Après une formation assidue, elle fait de cela une réalité depuis bientôt un an et sa présence sur le réseau social n°1 Facebook est effective. A travers sa page Douce Evasion de l'Aurore (dont l'institut est situé à Tampouy), dédiée aux produits, accessoires et soins du corps, Hadidja conquit peu à peu le marché et s'en sort plus, grâce à sa présence sur la sphère : « Avec Facebook, la vente est plus simple et les produits s'écoulent facilement. Je peux poster des photos de mes articles, recevoir des commandes à distance et les faire livrer rapidement. Le client gagne du temps, idem pour moi-même et c'est pratique ! »

En tant que nouvelle entrepreneure, il était nécessaire pour elle d'atteindre plus de monde pour se faire connaitre, ainsi que son activité, pour un meilleur rendement. Un choix judicieux allant au-delà du "bouche à oreille" traditionnel.

Avec l'avènement des TIC, la visibilité d'une entreprise sur les réseaux sociaux est très importante pour une large diffusion et pour l'appât d'éventuels clients et partenaires éloignés. Il y en a qui savent s'en servir à la maîtrise. A chaque jour sa dose de buzz et de publications. Photos, pub, relances, jeux, cadeaux, Rosy en est une experte. Business Woman accomplie, Rosalie Gagnon Nikèma de Rose Beauty en est un modèle. Cette jeune épouse et mère de bientôt 4 enfants est une icône des affaires. Aussi responsable de Sucrerie du Faso, elle est à la tête d'un institut de beauté célèbre et d'une société de boissons qui emploient environ une vingtaine de personnes. Connue pour son teint aussi ébène que son engagement contre la dépigmentation, sa chevelure courte et sa plastique pas négligeable, ses atouts intellectuels vont de pair avec ceux physiques.

A 27 ans, elle est la starlette des réseaux sociaux au Faso avec plus de 60.000 Likes (ses deux pages professionnelles cumulées). Son sens aigu du marketing et son flair pour la créativité font sa force de réussite : « C'est vrai qu'internet n'est pas très accessible à tous dans notre pays, mais la plupart des jeunes branchés sont sur les réseaux sociaux. Si on veut évoluer, il faut suivre la cadence pour atteindre son public cible », déclare Rosy. Malgré sa célébrité - grâce aux réseaux sociaux- son charme demeure sans doute dans sa douceur et son humilité et ses "followers" apprécient.

C'est une évidence qu'internet est venu changer nos habitudes. Et même si les réseaux sociaux présentent quelques fois un côté nuisible, force est de reconnaître ses avantages pour le développement socio-culturel et même économique dans nos sociétés. Tout est à portée de main. Plus besoin de se déplacer forcément, ni d'attendre de grands moyens pour proposer ses services au monde. Il suffit d'un téléphone, d'une connexion et l'on peut présenter ce que l'on vend ou commander ce que l'on désire.

Par contre, attention aux copieurs et aux arnaqueurs, c'est bien là le piège du e-commerce :

- Ai-je mes initiales dans la publication de mon article ou mon produit ? Egalement, toujours "vérifier" avant de se lancer pour un achat :

- Est-ce une page certifiée, vivante, active ?

- L'entreprise est- elle reconnue ou combien de personnes la suivent ?

- Y a-t-il une interactivité ou des témoignages intéressants dans les commentaires ?

- Ai-je l'identité de mon interlocuteur ? Puis je passer un appel vidéo ?

Tant de réflexes à adopter qui peuvent nous épargner des surprises désagréables sur "ces plateformes de requins". Retenons que la réactivité et l'interactivité des réseaux sociaux boostent les activités et chacun y trouve son compte ; vendeurs comme acheteurs. C'est une aubaine pour les femmes qui veulent entreprendre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.