Sénégal: Un projet d'autonomisation des organisations féminines lancé à Thiès

Thiès — La Directrice genre du ministère de la Femme, de la Famille et de l'Egalité de Genre, Absa Wade Ngom, a procédé mardi à Thiès au lancement officiel d'un projet dédié au soutien à l'autonomisation des organisations de défense des droits des femmes, financé par le Canada à hauteur de 2,6 milliards de francs CFA, a constaté l'APS.

Le projet dénomm Voix et leadership des femmes au Sénégal (VLF) a notamment été lancé au cours d'une cérémonie organisée à l'hôtel de ville de Thiès en présencde de l'ambassadeur du Canada au Sénégal, Lise Filiatrault et du maire Talla Sylla.

Financé par Affaires mondiales Canada (AMC) pour une durée de 5ans, soit jusqu'en 2023, VLF compte appuyer 20 organisations et cinq réseaux de femmes dans la définition de stratégies , de services à leurs membres, de plaidoyer, etc., a relevé Mouhamadou Lèye, responsable du Centre d'étude et de coopération internationale (CECI), chargé de sa mise en œuvre.

Le choix se fera des bénéficiaires se fera sur appel à candidatures, a-t-il assuré.

"C'est un projet qui vise à renforcer directement les organisations qui font la promotion des droits des femmes et des filles et leur autonomisation", a expliqué l'ambassadeur Lise Filiatrault.

Les organisations de la société civile, les organisations et réseaux de femmes sont concernées par l'initiative.

L'idée est venue d'un constat d' "essoufflement" des organisations de droits de femmes, dont les financements allaient "souvent vers la livraison de services et pas suffisamment pour le renforcement des capacités" de ces mêmes organisations à porter le plaidoyer, afin d'obtenir des résultats dans le domaine de l'égalité entre les hommes et les femmes.

"VLF-Sénégal est l'un des 28 projets financés par AMC à travers le monde dans le (cadre) du programme-phare Voix et leadership des femmes(VLF), qui articule la politique internationale féministe du Canada dans divers pays", note le CECI.

L'ambassadeur du Canada a loué les "excellents résultats" du Sénégal en matière d'accès à l'éducation des filles, de représentation des femmes, surtout avec la loi sur la parité.

Elle souligne qu'en même temps, des efforts restent à faire dans "beaucoup de domaines".

Parmi ceux-là, les violences basées sur le genre, l'accès à la formation technique, dans les "domaines moins traditionnels pour les femmes", l'autonomisation des femmes, par l'accès aux moyens de production.

Des progrès restent à faire aussi dans la représentation des femmes dans les postes de direction de l'administration et les postes politiques, estime la diplomate.

Absa Wade a souligné la cohérence et la pertinence du projet par rapport aux orientations de la Stratégie nationale pour l'équité et l'égalité des genres (SNEEG), élaborée avec une "forte participation" des organisations de la société civile.

Le diagnostic posé lors de l'élaboration de cette stratégie faisait état de la nécessité de renforcer les capacités des acteurs parties prenantes à sa mise en œuvre, dont la société civile.

"Ce projet vient apporter une réponse à cette problématique (... ) pour que les voix de femmes puissent au mieux être entendues, pour que les femmes puissent (jouir) de leurs droits et peser de tout leur poids sur la formulation des politiques publiques tant au niveau local que national", a dit l'officiel.

"Les violences basées sur le genre persistent", a-t-elle admis. D'où l'appel lancé par le chef de l'Etat pour "renforcer la dynamique de prévention, de lutte et d'éradication" du phénomène.

Tout en saluant les résultats enregistrés, elle estime que "(le combat pour) les changements de mentalités, de comportement, d'attitude et de pratique doivent être portés sur la longue durée", pour produire les effets escomptés. Ce qui doit se faire avec l'implication des hommes aussi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.