18 Juin 2019

Ile Maurice: Alvin Jeeawock - «Le taux d'intérêt risque de continuer à baisser»

interview

Quel est le but d'offrir ce nouveau produit appelé Income Fund ?

Si vous avez Rs 1 million et un rendement de 5 %, ça vous donne Rs 50 000 de revenu. Si demain le taux d'intérêt baisse, vous serez bien sûr le perdant. Par contre, si vous investissez chez nous, votre capital s'accroît. Un million devient Rs 1 250 000.

On veut donner du yield, du capital et vous faire bénéficier de la puissance du dollar. Le fonds est bâti sur le dollar. Cela comprend le besoin de capital, du revenu, et d'upside, on va gérer cette équation pour s'assurer que le Mauricien est toujours gagnant. Ce produit a été approuvé par la Financial Services Commission.

Y a-t-il des risques que le taux d'intérêt baisse ?

Tout d'abord, à Maurice, on fait face à des dettes record, aussi bien qu'à un excès de liquidités. En même temps, la population est vieillissante. Dans les années 90, à peu près 8 % de population était âgée de 65 ans et aujourd'hui c'est passé à 16 % et en 2050, ce sera 24 %. Notre productivité malheureusement accu- sera une baisse. Il y a bien sûr un moyen pour y remédier, mais cela prendra le temps qu'il faut. Entre-temps, il y a de grandes chances que le taux d'intérêt continue de baisser.

Pourquoi vouloir être sur le marché du dollar ?

C'est un marché de 100 trilliards de dollars, comparé au marché mauricien, dont le fixed income est de 7,8 milliards. Il faut toujours recontextualiser le dollar. 62 % des transactions des banques centrales sont en dollar. En matière de trading sur le marché international, 90 % des transactions se font en dollar, alors qu'au niveau des activités économiques, 70 % se font en dollar. Sept pays ont adopté le dollar comme devise, 89 pays ajustent leurs devises au dollar. Cette devise est omniprésente et elle a des qualités protectrices.

Quand ces qualités ont-elles été constatées ?

Durant la trade war entre les États-Unis et la Chine, déclenchée depuis le 7 février 2018. Le dollar a gagné 10,09 % en matière de créances ; 9,06 % contre la roupie mauricienne et 5,83 % contre les autres devises. Ce fonds donnera accès à la puissance du dollar et du revenu au niveau des bonds.

Quelle est la somme minimale qui peut être investie dans l'Income Fund ?

Pour le moment, une somme minimum de Rs 35 000, ce qui est tout à fait acceptable. Cependant, on verra comment ça évolue.

Quelles sont les caractéristiques de ce fonds ?

C'est un investissement avec un profil conservateur qui permet de générer un revenu stable. C'est une alternative au compte épargne pour vos investissements étrangers ainsi qu'une solution pour votre trésorerie. Toutes les entreprises qui ont un excès de liquidités peuvent investir dans ce produit-là et auront accès à un yield et à un upside au niveau des devises et des bonds supérieurs.

Comment est-ce efficient ?

C'est un produit efficient en matière de fee. L'efficience est importante pour que le maximum d'argent travaille pour le fonds pour le retour sur investissement. Donc l'accent sera mis sur le revenu et la révélation du capital. La majorité des fonds sera investie dans des bonds qui peuvent gagner en capital alors qu'un dépôt ne peut pas augmenter en capital. Tous les assets de ce fonds généreront du revenu..

Est-ce diversifié ?

La diversification est présente. Il y aura des institutions de très haut calibre telles que les meilleures banques américaines, la US Treasury et Johnson and Johnson. On peut investir en dollars, en euros, en roupies et aussi bien en livre sterling.

Quelle est la performance de ce fonds ?

L'investment trade est à 64 %, qui est de très haut calibre avec du high yield de 36 %. On a un rendement en moyenne de 3,9 % en dollar sur une période de trois ans.

Ile Maurice

Proches du pouvoir - Les gros salaires

Ils sont les proches collaborateurs du clan Jugnauth. Certains siègent sur le conseil d'administration d'un ou de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.