Sénégal: Le DG de l'OLAC évoque les ambitions du PREFERLO

Saint-Louis — Le Projet de renforcement de la résilience des écosystèmes (PREFERLO) devrait contribuer à mettre en valeur 46.000 hectares par an pour une production agricole de 130.000 tonnes correspondant à des revenus de l'ordre de 34 milliards de francs CFA, a indiqué le directeur général de l'Office des lacs et cours d'eau (OLAC), Alioune Diop.

Il est attendu de ce projet "la mise en valeur de 46.000 hectares/an pour une production agricole estimée à 130.000 tonnes correspondant à des revenus de 34 milliards de francs CFA", a-t-il expliqué.

Alioune Diop s'exprimait avec des journalistes, lors d'une visite de prise de contact à l'OLAC du ministre de l'Eau et de l'Assainissement, Serigne Mbaye Thiam.

Le PREFERLO, financé à hauteur de 290 milliards de francs CFA, consiste en un transfert de 650 millions de m3 d'eaux brut d'une zone excédentaire, le Lac de Guiers, vers les régions déficitaires du Ferlo, avec l'ambition d'impulser le développement socio-économique et la restauration des écosystèmes dans ces zones.

Selon Alioune Diop, les travaux prévus dans le cadre du PREFERLO devraient permettre d'élargir le canal de la Taouey à Richard-Toll, pour augmenter de 20 pour cent les apports en eau du lac de Guiers, draguer le lit mineur du bas Ferlo sur 70 kilomètres, de Keur Momar Sarr à Mboula.

Il est aussi projeté, dans ce cadre, la construction de deux stations de relèvement à Mboula, lesquelles seront alimentées par une centrale solaire de 35 kVA/heure, indique le DG de l'OLAC.

De même sera-t-il question avec ce projet d'alimenter un second canal, long de 60 kilomètres, pour desservir la zone de Dahra, construire un réseau de 180 kilomètres de canaux secondaires devant conduire aux zones de production de la zone, sans compter l'aménagement de 9 lacs artificiels pour une capacité totale de stockage de 56.000 m3, a précisé M. Diop

A terme, le projet devrait contribuer à la hausse des revenus annuels issus de l'élevage, l'augmentation sensible de revenus tirés de la pêche, ainsi que l'accès en eau potable de la population locale.

S'y ajoute d'autres perspectives en termes notamment de création d'emplois, toutes choses destinées à favoriser le développement d'autres secteurs d'activités et à aider à améliorer les écosystèmes et la qualité des sols.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.