18 Juin 2019

Sénégal: Momar Diongue, analyste politique, sur le silence face à l'affaire Aliou Sall - «Certains membres de l'opposition ne voudraient pas qu'il y ait un grain de sable qui vienne gripper la machine du dialogue»

Même si le Front de résistance nationale (Frn) a publié un communiqué, le 7 juin dernier, pour donner sa position sur le «scandale» pétrolier et gazier soulevé par la BBC et impliquant le frère du président de la République, Aliou Sall, ou encore la note fustigeant la répression du rassemblement interdit de la plateforme "Aar Li Nu Bokk", le vendredi 14 juin dernier, il n'en demeure pas moins que les leaders de l'opposition, qui ont accepté de prendre part au dialogue initié par le président Macky Sall, sont restés aphone à titre individuel sur cette question.

Sur le pourquoi d'une telle démarche, le journaliste analyste politique, Momar Diongue, y décèle une stratégie visant à ne pas donner du plomb dans l'aile au dialogue initié par le chef de l'Etat. Trois raisons, à son avis, pousseraient Idrissa Seck, Malick Gakou, El Hadj Issa Sall, Pape Diop, Mamadou Diop Decroix, etc, à adopter une telle démarche.

«Je pense que la logique qui s'est dégagée pour ces leaders de l'opposition, c'est de tout faire pour sauver le dialogue. Il me semble qu'ils sont dans cette dynamique, pour une fois, et ils ne voudraient pas qu'il y ait un grain de sable qui vienne gripper la machine du dialogue. Maintenant, il y a trois raisons qui peuvent expliquer le fait qu'ils ne veuillent pas se prononcer sur l'affaire Aliou Sall à titre individuel pour détériorer un peu la bonne dynamique qui a été enclenchée, depuis le lancement du dialogue. Donc, pour donner une chance à celui-ci ».

LA CRAINTE DE SE METTRE A DOS L'OPINION

« La première raison, c'est que le président Macky Sall a pris, en faisant son appel au dialogue, l'opinion à témoin pour dire comme il fait par le passé, il tend la main à l'opposition. L'opposition ne voudrait pas que l'initiative de la rupture de la dynamique du dialogue vienne d'elle. Parce que, peut-être, l'opinion pourrait se retourner contre l'opposition qui a systématiquement rejeté la main tendue du président Macky Sall. Donc, ils ont un gène par rapport au fait que le président Macky Sall ait pris le peuple à témoin, pour dire qu'il renouvelle son appel au dialogue ».

UNE OPPOSITION TOUJOURS PERDANTE DANS SES RAPPORTS DE FORCE CONTRE MACKY SALL

« La deuxième raison, c'est que pendant 7 ans, l'opposition n'a rien obtenu du président Macky Sall, aucune concession, en privilégiant le rapport de force. Il s'est passé énormément de choses, où le président Macky Sall a pris des mesures unilatérales. L'opposition a voulu combattre cela, ou barrer la logique du président Macky Sall avec des combats de rues, sur le terrain, en mobilisant les populations mais sans y parvenir. Je citerais tout simplement quelques exemples. Il y a la fameuse loi sur le parrainage où la mobilisation que l'opposition avait envisagée pour faire barrage à cette loi, n'a pas réussi. Il y a eu beaucoup de choses auparavant, sur les questions judiciaires, les affaires Karim Wade et Khalifa Sall, les modifications du Code électoral dont la loi sur le parrainage, le fait que les candidatures se soient limitées simplement à 5 à la présidentielle. Ils n'ont jamais su imposer un rapport de force au président Macky Sall durant toutes les mesures unilatérales qu'il a eu à prendre».

CONTRAINDRE MACKY SALL A RESPECTER LA LOGIQUE DES DEUX MANDATS

« La troisième raison qui fait que l'opposition ne veuille pas aborder cette question du pétrole pour donner une chance au dialogue, c'est que Macky Sall a entamé son dernier et second mandat. Or, il me semble que l'opposition voudrait, pour une fois, être en phase avec lui sur le dialogue, pour que l'envie ne lui vienne pas de vouloir aller à l'encontre de ce que dit la Constitution. C'est-à-dire que le nombre de mandats est limité à deux. Si l'opposition fermait la porte du dialogue, le président Macky Sall qui a toujours su imposer un rapport de force, pourrait même revenir sur son intention de se limiter à deux mandats, auquel cas l'opposition aurait quelques difficultés à mobiliser les Sénégalais autour de cette question. Or en participant à ce dialogue, ils font ce que j'appelle un marquage à la culotte du président Macky Sall. C'est-à-dire que le président Macky Sall serait gêner de trahir l'esprit du dialogue en revenant sur sa promesse de faire deux mandats uniquement. Donc, vous voyez qu'au plan politique aussi, c'est intelligent de leur part, de vouloir donner une chance au dialogue. Ainsi, c'est le président Macky Sall qui verrait l'opinion se braquer contre lui. Parce que l'opinion ne comprendrait pas que l'opposition et la classe politique veuillent donner une chance au dialogue et que le président Macky Sall, contre la logique imposée par la Constitution, veuille aller au-delà de deux mandats. Donc, voilà les raisons pour lesquelles, il me semble, que l'opposition ne veut pas trop se prononcer sur cette question pour ne pas hypothéquer le dialogue. Etant entendu que le président Macky Sall parfois ramène tout à sa personne et une attaque frontale de l'opposition sur cette question hypothéquerait le dialogue».

Sénégal

CAN Egypte 2019 - Nigeria-Tunisie ce mercredi pour la troisième place

Les Aigles de Carthage de la Tunisie affrontent les Super Eagles du Nigeria, ce mercredi 17 juillet, à 20 heures,… Plus »

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.