Cameroun: Qui veut déstabiliser la sécurité du chef de l'Etat ?

Entre note confidentielles, dénonciation de détournement de rançon destinée à la libération des otages, accusations de hautes personnalités, tout y passe.

Des journaux en ont fait le sujet principal à leurs unes, pour dénoncer ces velléités déstabilisatrices au moment ou le pays traverse une période trouble.

Le journal Essingan, paraissant à Yaoundé parle de Déstabilisation de la sécurité du chef de l'Etat. Pour fustiger ces « forces du mal ne désarment pas » De quoi s'agit il ? Le journal précise que de violentes diatribes ventilées à travers une note confidentielle en circulation tendent à incriminer les formateurs israéliens du Bir et de la Gp, le Dgsn. ainsi que le ministre d'Etat, Secrétaire de la présidence de la République, dans l'opération de libération des otages de Boko Haram.

Une information partagée par un autre journal de Yaoundé, Repères qui abonde dans le même sens « la GP, le BIR, la DGRE et la DGSN dans le viseur». Tout en pointant le doigt accusateur sur « Ceux qui militent pour un départ du président de la République ». Ils ne lésinent sur aucune stratégie pour l'isoler afin de mieux le rendre vulnérable, en demandant notamment le limogeage de tous les responsables chargés d'assurer sa sécurité.

Des accusations très graves « En dehors d'accuser Ferdinand Ngoh Ngoh d'avoir détourné une partie des rançons destinées à la secte terroriste, ils allèguent une complicité avec le principal Israélien en charge de la sécurité de Paul Biya, Eran Moas »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.