Sénégal: Sédhiou / Retard persistant sur le paiement des bourses de sécurité familiale - Des langues se délient sur une éventuelle rupture !

Les bénéficiaires du Programme national des bourses de sécurité familiale n'ont pas perçu leur allocation au titre de la fin du mois de mai 2019 comptant pour le trimestre. Face au mutisme des pouvoirs publics sur un tel état de fait, les commentaires vont bon train. Si les plus pessimistes se laissent convaincre de l'arrêt de ce programme, d'autres dont les travailleurs de la Poste rassurent que « la situation sera décantée d'ici la fin de cette semaine ».

Le Programme national des bourses de sécurité familiale a contribué à soulager bien des ménages dans la région de Sédhiou. Cependant, le retard dans le paiement du dernier trimestre et sans explications aux bénéficiaires ouvre le boulevard à des commentaires faisant même état de l'arrêt des transferts monétaires. Du côté de la Poste, l'on ne parle pas d'arrêt mais plutôt de retard. « Tous les trimestres sont payés à l'exception de celui de fin mai », a laissé entendre une source proche du transfert de ces bourses avant d'ajouter que c'est possible que la situation soit décantée avant la fin de cette semaine.

Cette bourse au titre de la fin du mois de mai dernier était très attendue en raison des besoins de la fête de Korité marquant la fin du jeûne musulman (Ramadan). Les ayants-droit se posent des questions s'il s'agit réellement d'un sevrage brutal ou une simple rupture provisoire, le mystère reste de rigueur. Aux yeux de certains observateurs, au-delà de la mise à disposition de ces bourses de sécurité familiale, il urge que des projets structurants soient conçus et renforcés sur la base des sessions de formation dans la perspective de créer des richesses par la valorisation du potentiel local. Ce qui, selon toujours eux, fera reculer la pauvreté endémique dans la région de Sédhiou à près de 63%.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.