Mali: Situation sécuritaire - L'armée renforce sa présence territoriale

Bamako — Les autorités maliennes ont renforcé le dispositif sécuritaire dans le centre du pays pour parer à toute attaque terroriste ou de quelques nature qui pourrait déstabiliser le climat sécuritaire dans le pays, a-t-on rapporté mercredi.

L'armée malienne a renforcé sa présence aux environs de deux villages dogons du centre du pays attaqués lundi. Les affrontements se multiplient dans cette région entre les Peuls, traditionnellement éleveurs et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l'agriculture, qui ont créé leurs "groupes d'autodéfense".

En outre, les villages de Gangafani et de Yoro, près de la frontière avec le Burkina Faso, ont été frappés lundi soir par des "attaques terroristes" ayant fait 38 morts et de nombreux blessés, a annoncé mardi soir le gouvernement dans un "bilan provisoire officiel".

"Un contingent des forces de défense et de sécurité a été dépêché sur les lieux pour sécuriser les populations et leurs biens, et traquer les auteurs de ces attaques", a ajouté le gouvernement.

Selon un élu de la région, "la situation a été calme la nuit. Mais après un événement comme ça, les populations ont évidemment peur".

Les violences qui affectent cette région depuis quatre ans ont culminé avec le massacre le 23 mars. Ces actes sont attribués à des chasseurs dogons, de quelque 160 Peuls dans le village d'Ogossagou, près de la frontière avec le Burkina Faso.

Au moins 24 personnes ont été tuées dans une attaque perpétrée lundi par des hommes armés non identifiés à 135 km de Koro dans la région de Mopti au centre du Mali.

Des assaillants, voulant attaquer la localité de Dangafani II, ont été repoussés une première fois par des jeunes appartenant à une brigade de vigilance avant de revenir, tuant 17 jeunes et blessant trois (3) autres, a précisé l'agence malienne de presse (AMAP).

Deux personnes ont été tuées et deux autres blessées, samedi, dans l'explosion d'une mine entre Diankabou et Bamba, dans la région de Mopti (centre du Mali), a rapporté mardi l'agence malienne de presse (AMAP).

"Une charrette transportant des passagers se rendant à la foire hebdomadaire de Bamba est montée sur un engin explosif dans les environs de 9H30, entre Diankabou et Bamba, faisant deux morts et deux blessés", a précisé la même source.

Les autorités administratives et politiques, accompagnées de la gendarmerie se sont rendues sur les lieux afin d'élucider les circonstances exactes de l'incident.

Pour la troisième fois, un engin explosif improvisé fait des victimes sur ce tronçon fréquenté par les usagers et forains après la fermeture du tronçon Koro -Dioungani-Dinangourou, depuis deux ans suite à des attaques répétées, selon l'AMAP.

Eviter les actes de vengeance

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a exhorté la semaine dernière lors d'un déplacement dans un village dogon victime d'une tuerie collective, les populations du centre du pays ensanglanté par des violences intercommunautaires, à ne pas se "livrer à des actes de vengeance".

L'attaque menée dans la soirée du 9 juin contre le hameau de Sobane Da, près de Bandiagara, a fait 35 morts dont 24 enfants, selon un dernier

bilan. Elle n'a pas été revendiquée, mais des habitants ont dit soupçonner des Peuls venus de localités voisines et présumés appartenir à des groupes terroristes.

Arrivé à bord d'un hélicoptère de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma), avec notamment la cardinal Jean Zerbo, archevêque de Bamako, et plusieurs ministres, dont celui de la Défense, M. Keïta s'est aussitôt dirigé vers la fosse commune où les 35 corps ont été inhumés. Lors de sa rencontre avec les habitants, M. Keïta a promis de prendre "toutes les dispositions pour assurer la sécurité des biens et des personnes".

Pour sa part, l'envoyé de l'ONU au Mali a estimé mercredi qu'il fallait arrêter le "cycle infernal de la violence" si l'on veut que l'espoir d'un retour à la paix se concrétise, lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation au Mali. "Le cycle infernal de la violence qui se poursuit doit être arrêté au risque que chacun soit tenté de se faire justice lui-même", a-t-il encore dit, soulignant l'importance de la lutte contre l'impunité.

Il a salué l'affectation d'un procureur de la République à Mopti ainsi que les récentes arrestations opérées par l'Etat malien. Il a aussi salué le travail d'enquête considérable effectué par la division des droits de l'Homme de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA).

L'envoyé de l'ONU a noté que le processus de paix au Mali était entré dans une nouvelle phase avec la nomination en avril dernier d'un nouveau Premier ministre, Boubou Cissé, et la signature le 2 mai d'un accord de politique de gouvernance entre la majorité et l'opposition démocratique. Cela a été suivi de la formation le 5 mai d'un gouvernement d'ouverture.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.