20 Juin 2019

Tanzanie: La Tanzanie va taxer les perruques et les extensions capillaires

Mauvaise nouvelle pour les femmes de Tanzanie : le ministre des Finances a décidé d'imposer une taxe de 25% sur les perruques et autres extensions capillaires importées et une de 10% sur les mêmes produits fabriqués localement. Il s'agit de renflouer les caisses de l'État. La taxe entre en vigueur dès le mois de juillet, pour le budget 2019-2020 estimé à 12 milliards d'euros environ. La mesure ne fait pas beaucoup d'heureuses.

Il faut parfois s'arracher les cheveux pour boucler son budget. En Tanzanie, le ministre des Finances, Philip Mpango, a pris l'expression au pied de la lettre au risque de défriser les consommatrices. 25% de taxes sur les extensions capillaires et les perruques importées et 10% sur les mèches fabriquées localement.

C'est un véritable coup de massue sur la tête des coiffeurs tanzaniens et de leurs clientes. Une commerçante contactée à Dar es Salaam est furieuse, elle anticipe une baisse sensible de son activité.

Comme dans beaucoup de pays d'Afrique, en Tanzanie les femmes chérissent les extensions capillaires. Souvent fabriquées en Asie, en cheveux naturels ou synthétiques, les mèches sont bien plus qu'une coquetterie, c'est à la fois un art de vivre et un attribut social indispensable.

Mais il y a pire pour les Tanzaniennes, les protections hygiéniques ne seront plus exemptées de TVA à partir de juillet prochain.

Quant aux gourmands et aux enfants, ils verront à la même date le prix du chocolat grevé d'une taxe de 30% et celui des biscuits d'une autre de 25%. Le ministre des Finances fait feu de tout bois pour trouver les 14 milliards de dollars nécessaires pour le budget 2019-2020, quitte à prendre le risque de tondre la laine sur le dos des consommateurs.

Tanzanie

L'Angola encaisse 20% du prix du billet d'un train de luxe en provenance de Dar es Salaam

Le pays pourrait percevoir entre 20 et 25% de la valeur (12 à 25 000 dollars) que chaque touriste a payé… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.