19 Juin 2019

Gabon: Pension retraite - Nicole Asselé, seule contre « tous » ?

A la tête de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) du Gabon, depuis bientôt deux ans, Docteur Nicole Assélé et ses reformes n'ont pas fini de faire débat, et surtout des détracteurs prêts à tout pour les contrecarrer. Des agissements qui en voudraient plus à son poste qu'à ses performances en tant que Directeur Général de cette administration.

Nommée lors du Conseil des Ministres du vendredi 25 août 2017, le Directeur Général de la CNSS du Gabon, le Dr. Nicole Assélé a pris officiellement ses fonctions ce 31 août 2017. Depuis lors, elle travaille sans relâche à tenir les reformes. Récemment encore, elle a instruit ses plus proches collaborateurs à tout faire pour faire avancer les dossiers pendant des pensions retraites au risque de se voir « virer ». « Les différents responsables vont traiter vos dossiers durant tout le mois de juin. Et si au prochain paiement vous n'êtes pas rentrés pas en possession de vos droits, ils seront tous virés et j'en prends l'entière responsabilité. Parce que trop c'est trop ! Que chacun prenne ses responsabilités », avait-elle lancé le 6 juin dernier en présence des retraités à la Direction des prestations techniques (DPT) et la Direction de l'immatriculation et recouvrement (Dir) de la CNSS.

A ce moment-là, elle indiquait d'ailleurs qu'à son arrivée à la tête de cette entité en 2017, 2000 dossiers en attente de traitement depuis 2015 ont été recensés. « Ces dossiers n'ont pas attendu Nicole Assélé pour être dans leur situation actuelle. S'il y a des dossiers datant de 2015, cela veut dire que vos anciens employeurs n'ont pas payé vos cotisations ». Par ailleurs, la décision de payer les pensions au trimestre a été contestée dès son annonce, mais selon Nicole Assélé, il s'agit d'un mal nécessaire, puisque Sinon « dans quelques mois vous n'aurez plus de retraite parce que nous allons mettre les clés sous la porte, ou vous faites le bon choix », avait-elle fait savoir le Directeur général.

Seulement voilà, malgré cette détermination, il y a plusieurs Gabonais qui ne partagent pas cette vision. C'est la raison pour laquelle notre confrère Gabon Media Time s'est interrogé sur les réelles motivations des détracteurs du Directeur général de la CNSS, avec son article, « Entre manipulations et politisation autour de la trimestrialisation du paiement des pensions ». Pour notre confrère, la campagne anti-fraude lancée dès sa prise de fonction à la direction générale de la CNSS semble avoir attiré des ennemis à Nicole Assélé. Pour preuve, un mémorandum sur la crise qui l'oppose aux retraités à cause de l'application de la trimestrialisation des paiements des pensions aurait été envoyé au secrétariat de la Présidence de la République. Le Syndicat des Retraités des Secteurs Privé et Parapublic (SYNARET) exige le maintien de la mensualisation et son départ.

Selon le mémorandum datant du mois de juin 2019, le SYNARET exige « le maintien de la mensualisation des paiements des pensions, la révocation du Directeur général de la CNSS pour incompétence notoire, la suspension du Conseil d'administration de la CNSS, la représentation des retraités au Conseil d'Administration de la CNSS, l'organisation des états généraux de la sécurité sociale et de l'action sanitaire au Gabon ». Néanmoins, si certaines revendications sont légitimes, la démarche peut surprendre d'autant plus que la trimestrialisation du paiement des pensions n'est autre que l'application des dispositions de la loi N°6/75 du 25 novembre 175 portant Code de sécurité social. Cette loi précise, dans son article 100, alinéa 2, que « le paiement des pensions et des rentes est effectué trimestriellement à terme échu ». La faute incomberait à l'ancienne direction générale de la CNSS qui avait fait le choix critiquable de payer les pensions mensuellement, en violation de la loi.

Et notre confrère de révélé aussi que cette action du SYNARET est loin d'être anodine. Elle serait le résultat de frustrations dues au coup de pied du Dr. Nicole Assélé dans la fourmilière de la fraude dans cette entité. « Les véritables raisons de cette haine envers Nicole Assélé, sont liées au fait qu'elle a osé s'attaquer aux intérêts de la mafia à la CNSS, en partant en guerre ouverte contre les réseaux de la fraude à la CNSS, en réduisant les salaires de certains cadres indûment perçus, pour financer une campagne de justice sociale, qui a permis à certains agents depuis longtemps oubliés, de voir leur carrière bouger », a fait constater un de ses collaborateurs qui a souhaité gardé l'anonymat.

Malgré tout, le Dr. Nicole Assélé tient à aller au bout de ces réformes pour la survie de la CNSS. Après plus d'un an en poste, Nicole Assélé a lancé les négociations tripartites Etat-patronat-syndicats pour renouveler les paramètres de régime à la retraite ; l'opération exceptionnelle de recouvrement des créances dues par certaines entreprises à la CNSS ; le nouveau système d'information métier « SECUSUR ».

Il faut également noter pour les « Assurés et ayant-droits », le lancement de la campagne de sensibilisation contre les fraudes ; l'assainissement du fichier des pensionnés ; la mise en place du guichet unique pour la mise à jour de près de 1200 dossiers portant sur les demandes de pensions et autres prestations ; la révision de la convention mixte portant sur le Code de sécurité sociale entre la France et le Gabon. Toute chose qui ne saurait réjouir les adeptes des procédures peu orthodoxes.

Gabon

CAN U17 - Les cadets iront au Gabon

Le pays a été désigné le week-end dernier par la Confédération africaine de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.