20 Juin 2019

Congo-Kinshasa: Imbroglio

Alors que tous soutiennent, urbi et orbi, avancer dans la même direction, les acteurs politiques congolais se trouvent, peu à peu, à la croisée des visions qui sont vraisemblablement émaillées des motivations diverses et cachées sous main, en vue de ne pas simplement s'écarquiller les uns aux autres.

Aujourd'hui plus qu'hier, la coalition FCC-CACH s'entre-tire pour la simple formation du Gouvernement, malgré le fait qu'elle ait, telles les nausées chez une femme grosse, donné les premiers signes de sa naissance, ou mieux de vie, à la veille de la publication des résultats définitifs par la Cour constitutionnelle, c'est-à-dire, au mois de janvier 2019. Pourtant, cette composition de la prochaine équipe gouvernementale, de manière holistique, ne constitue qu'une moindre phase, comparativement à l'étape proprement dite de la cogestion du pays. Déjà, les confusions et divergences, qui ont pris corps sur le profil du Premier ministre, avec le refus par le Président Félix Tshisekedi de certains primaturables, ne cessent par ailleurs d'épier ces deux bras FCC-CACH, au rythme d'un sniper sur sa cible. Plus de 4 mois après l'investiture du nouveau Chef de l'Etat, la RD. Congo est toujours en manque du Gouvernement.

A quand le Gouvernement ? Où est-ce ? Les congolais ont, sans nul doute, ras-le-bol, d'attendre. Mais, nonobstant cela, les émissaires de ces deux plateformes politiques représentant les Présidents sortant et entrant, ne trouvent toujours pas de modus vivendi sur ce point. La répartition des ministères et les profils de présumés ministrables achoppent toujours. Et certains échos font état d'une certaine gourmandise du FCC, d'autres résonnent l'absence du realpolitik dans le chef de Félix Tshisekedi.

Ce dernier qui, outre le fait d'avoir reçu des remontrances à l'Assemblée nationale, vit comment est bloqué, au niveau du ministère de portefeuilles, l'entérinement de ces deux ordonnances sur la SNNC et la Gécamines. Sur ce point aussi, l'imbroglio tramerait auprès de nouveaux nommés dont Kyungu wa Kumwanza, désigné Président du Conseil d'administration à la SNCC, alors que son regroupement Ensemble pour le Changement, membre de Lamuka, s'oriente vers une opposition républicaine au régime de Félix Tshisekedi.

Ce dernier qui, après le soutien de Baba wa Katanga, devra aussi se rassurer de l'appui d'Antipas Mbusa Nyamwisi, un autre cadre de Lamuka qui a pris l'option de l'accompagner, spécialement dans la lutte contre l'insécurité et le virus Ebola dans la partie Est du pays. Et donc, cette plateforme née à Genève et restructurée à Waterloo, non seulement est dépourvue d'un de ses leaders, mais est aussi entachée du syndrome d'imbroglio. Point n'est besoin de rappeler que la vision de Moïse Katumbi pro-Opposition républicaine ne rencontre en aucun cas celle de Martin Fayulu qui n'abandonne pas sa démarche de vérité des urnes.

Clarification des vues est tout autant une urgence pour Lamuka qui marche lentement mais sûrement vers son implosion. En revanche, si une crise interne et de nature ésotérique guette cette coalition devenue de cinq leaders, une crise aux bras longs et aux allures exotériques rode au sein du tandem gouvernemental FCC-CACH. Le pis serait que, pour ce dernier cas, elle pourrait endommager les différents compartiments de l'Etat, à l'instar des congolais lambda qui vivent à la recherche du pain quotidien. Faudrait d'ores et déjà panser ses imbroglios pour l'intérêt de la Nation.

Congo-Kinshasa

Formation du gouvernement - Ultime tête-à-tête entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila

En pourparlers le 22 juillet à Nsele, les leaders de deux regroupements qui forment l'actuelle coalition au… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.